En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus... Fermer

Vos plus beaux poèmes - Page 16

Vos plus beaux poèmes - Page 16

Index du forum Littérature et BD

11|12|13|14|15|16|

Auteur Message
le 30 Décembre 2013 à 19:21
LA_BAROUDEUSE...
LA_BAROUDEUSE.
>>

46 ans
20758 messages
Réponse à Corto-Maltese-.- qui a dit :
La suite


Le long d'une paroi où je pratiquais ce type de cascade
Et au pied de laquelle il aboyait tant de me voir grimper
Que j'avais pris le parti de le hisser.
- Ou encore et encore, en se vautrant sur du poisson pourri
Abandonné là aux oiseaux de mer tournoyant en cris,
Alors qu'au bel hôtel de la plage
Nous étions de….passage!
Ah! Mon Dieu! L'odeur! L'odeur!
Quelle puanteur!
Et que de mal il nous fallut
Pour qu'à nouveau il passe inaperçu.
- Et encore et encore!
Il y eut tant d'autre encore!

La vie de Nouchet fut riche.
Tout comme la nôtre alors d'enthousiasmes ne fut pas chiche.
Il repose dans la terre d'un petit chalet dénommé "Pollusse"
Par une enfant aux couettes échevelées aujourd'hui maman de deux grands….gugusses!

Jean Rosso.


Enfin un peu de poésie ... ça faisait longtemps ! Merci mon Ti Corto

__________________________________
" Le baiser est la plus sûre façon de se taire en disant tout " ....

Maupassant ....

le 30 Décembre 2013 à 21:13
T-Bird
T-Bird
>> /

47 ans
15298 messages
Réponse à Corto-Maltese-.- qui a dit :
Mes chiens et chats

Ils ont ponctué de leur présence
Plus de soixante quinze années de mon existence.

De chacun d'eux, je garde fichées au cœur
L'odeur et l'animale chaleur.

Et je sais qu'un jour, quand j'arriverais au paradis,
Par eux tous je serai assailli.

Alors j'irai, léger, courant dans l'Eden bleu
Empli de leurs jappements et miaulements heureux
Pour un moment d'éternité
Figé sur l'instant enchanté.

Jean Rosso.


Très bon. Je ne connaissais pas cet auteur, mais je vais m'y intéresser. Merci de ce partage Corto.

__________________________________
“L'expérience est le nom que chacun donne à ses erreurs.”


Oscar Wilde

le 31 Décembre 2013 à 13:14
Corto-Maltese...
Corto-Maltese-.-
395 messages
Pour ET.

C'est un poète qui ne publie pas ses œuvres,j'en ai un peu la primeur,c'est un amoureux de la montagne,de la nature et des animaux,il vit a Antibes et passe ses vacances dans la maison a coté de chez moi.

Croquette

Le nouvel an s'annonçait froid
Et tu cherchais un toit.
Toi, si menue
Et déjà à la rue!
Quel âge pouvais-tu bien avoir?
Deux? Trois ans? Voire plus? Allez savoir!
Pour nous c'était insupportable!
Il nous fallait t'offrir une table!

C'était un soir d'il y a dix ans
Et notre cœur était ouvert tout grand.

De mon anniversaire, le soixante et unième,
Et du quinzième de Câline, notre chienne,
Tu fus donc le cadeau.
Oh! Ce ne fut pas le loto!
Que non! Car de caractère tu ne manquais pas.
Si bien que, force fut, de nous soumettre à toi.
Mais alors que de douceurs félines,
Tolérées par notre Câline
Tu nous a données!
Enfin! Disons plutôt….imposées!
Si bien que, tour à tour, tu devins,
Au gré de tes instincts,
Folette, Poupette, Princesse, Doucette dodue
Croquinette mais aussi….Griffette Griffue!
L'âge n'eut pas de prise sur toi!
Jamais ta sveltesse ne prit de poids
Ni sous ta toison satinée de noir et jabotée de blanc,
Ni derrière ton regard acéré, tendre ou perçant.
A nos yeux tu ne vieillissais donc pas!
Belle erreur que nous avons faite là!
Résultat, de ces dix années ne reste qu'une fulgurance
Qui, aujourd'hui, laisse nos cœurs en errance.
Inattendus, tes derniers souffles nous hantent.
Soudain, tes postures, tes mimiques, tes caprices nous manquent.
Tout comme au jardin et à la maison qui ne sont plus qu'absence
Malgré Tigrou, ce matou que tu n'aimais pas.
Abandonné comme toi
Et recueilli par nous
Alors que de toi, ne reste plus que le vent pour caresser nos joues.

Jean Rosso.

__________________________________
< <La meilleure forteresse des tyrans c'est l'inertie des peuples > >

Machiavel

le 31 Décembre 2013 à 13:48
E.T.2023
E.T.2023
>> /

63 ans
57015 messages
Réponse à Corto-Maltese-.- qui a dit :
Pour ET.

C'est un poète qui ne publie pas ses œuvres,j'en ai un peu la primeur,c'est un amoureux de la montagne,de la nature et des animaux,il vit a Antibes et passe ses vacances dans la maison a coté de chez moi.

Croquette

Le nouvel an s'annonçait froid
Et tu cherchais un toit.
Toi, si menue
Et déjà à la rue!
Quel âge pouvais-tu bien avoir?
Deux? Trois ans? Voire plus? Allez savoir!
Pour nous c'était insupportable!
Il nous fallait t'offrir une table!

C'était un soir d'il y a dix ans
Et notre cœur était ouvert tout grand.

De mon anniversaire, le soixante et unième,
Et du quinzième de Câline, notre chienne,
Tu fus donc le cadeau.
Oh! Ce ne fut pas le loto!
Que non! Car de caractère tu ne manquais pas.
Si bien que, force fut, de nous soumettre à toi.
Mais alors que de douceurs félines,
Tolérées par notre Câline
Tu nous a données!
Enfin! Disons plutôt….imposées!
Si bien que, tour à tour, tu devins,
Au gré de tes instincts,
Folette, Poupette, Princesse, Doucette dodue
Croquinette mais aussi….Griffette Griffue!
L'âge n'eut pas de prise sur toi!
Jamais ta sveltesse ne prit de poids
Ni sous ta toison satinée de noir et jabotée de blanc,
Ni derrière ton regard acéré, tendre ou perçant.
A nos yeux tu ne vieillissais donc pas!
Belle erreur que nous avons faite là!
Résultat, de ces dix années ne reste qu'une fulgurance
Qui, aujourd'hui, laisse nos cœurs en errance.
Inattendus, tes derniers souffles nous hantent.
Soudain, tes postures, tes mimiques, tes caprices nous manquent.
Tout comme au jardin et à la maison qui ne sont plus qu'absence
Malgré Tigrou, ce matou que tu n'aimais pas.
Abandonné comme toi
Et recueilli par nous
Alors que de toi, ne reste plus que le vent pour caresser nos joues.

Jean Rosso.


merci Corto tu ne t'exprimes pas souvent mais c'est toujours à bon escient et j'apprécie ta présence discrète merci encore Corto
le 31 Décembre 2013 à 16:37
Corto-Maltese...
Corto-Maltese-.-
395 messages
Groroux

A qui donc est ce magnifique matou
Qui, de jardin en jardin, vient roder chez nous?
Dans le quartier, la question se posait.
Mais nul n'y répondait.
Pourtant, l'intrus ne laissait personne indifférant
Car sa beauté de lionceau intriguait bonnes et mauvaises gens.
Sans doute, pensait-on en l'apercevant de loin, qu'il était un de ces mâtins
Blasé de caresses et de trop de soins
Fuyant un coin de cheminée douillet
Pour aller se dévergonder.
Que non!
Mais pour le savoir
Il fallait vraiment le vouloir
Car il ne se montrait que de loin
Fuyant les envieux qui disaient lui vouloir du bien.
Et un peu de cette chance aussi
Qui fit qu'une nuit, dans le grenier, je découvris
Que passant outre le vertige du toit
Il se réfugiait chez moi.

Il n'était donc qu'un somptueux solitaire
Qui cachait bien sa misère
Sous une imposante crinière blanche et rousse
Dont je craignais qu'elle n'aille un jour….parer quelque frimousse!
Et oui! Ses grands yeux pâles
Cachaient bien son état sauvage.

Cinq mois! Il me fallut cinq mois de patience
Pour, qu'enfin, il daigne accepter ma présence.
Cinq mois avant que ma main ne s'aventure
A effleurer son épaisse fourrure.
Puis nous avons sympathisé.
Par moi seul, il s'est laissé soigner et brosser.
Mais sans jamais se commettre
Car, en bon dominant, il voulait rester son maître.
Cela lui valut de revenir souvent "cabossé"
Parfois au terme de plusieurs journées.
Jusqu'au jour où il n'est plus venu.
Disparu! Cinq ans après nous être apparu.
Pris au piège, j'en suis certain,
De quelques tristes malandrins.
Victime de sa trop grande beauté qui, par ailleurs,
Quand il daignait se montrer, emplissait de frayeur,
Notre gentille Croquette stérilisée
Qu'il savait superbement ignorer.

Aux podiums qu'il méritait,
Il a préféré la liberté.
Elle a son prix!
Et mon chagrin l'a admis.

Jean Rosso.

__________________________________
< <La meilleure forteresse des tyrans c'est l'inertie des peuples > >

Machiavel

le 01 Janvier 2014 à 12:51
Corto-Maltese...
Corto-Maltese-.-
395 messages
Câline.

A peine rejetée nous t'avons adoptée
Puis, doucement apprivoisée.
Ce ne fut pas sans mal.
Tu trouvais cela anormal.
Si bien que tu fis une fugue misérable
A la recherche d'un maître bien peu….recommandable!
Par bonheur, au terme de deux jours, nous t'avons retrouvée.
Mais si crottée et épuisée que c'en était pitié.
Enfin nous gagnâmes ton affection.
Nous en avions tant à ta disposition!

Nous te vantions de "pures races"
En précisant bien le pluriel sans nous voiler la face.
C'est que tu aurais bien pu l'être
Car, d'originalités, tes ancêtres
N'en devaient pas manquer
Pour t'en avoir tant léguées.

En vérité, cinq kilos et environ sept années,
Etaient à ton arrivée chez nous ton seul pedigree.
Pour le reste, ta robe tricolore à dominante fauve
N'était pas sans rappeler, certaines faunes.
Renard ou fennec disaient unanimes tes admirateurs surpris
Et déçus aussi à l'idée qu'ils n'auraient jamais ta copie.

Et oui! Tu étais unique et typée en diable.
Et gourmande aussi sous cette petite taille
Que tu savais si bien dresser sur tes pattes menues
Pour mieux connaître la teneur de nos menus.

En toi, tout pétillait, frémissait, s'agitait, invitait
Tant était grande ta vitalité.
Tout vivait, tout parlait sans répit,
Et le panache de ta queue frappé de frénésie,
Et ton museau, tes oreilles, ta truffe et tes yeux pointus,
Toujours tendus, toujours à l'affût,
De ta maîtresse surtout!
Pour toi, elle était tout!
Pourquoi donc l'aimais-tu autant? Mystère!
Il te la fallait à toi toute entière.
Avec moi, cependant, tu condescendais à la partager un peu
Pour mieux t'installer entre….nous deux!

Après dix années passées près de nous, tu es partie.
Sans bruit, forte jusqu'au dernier souffle de vie.

Jean Rosso.

__________________________________
< <La meilleure forteresse des tyrans c'est l'inertie des peuples > >

Machiavel

le 01 Janvier 2014 à 17:25
jane74z
jane74z
222 messages
Réponse à Corto-Maltese-.- qui a dit :
Câline.

A peine rejetée nous t'avons adoptée
Puis, doucement apprivoisée.
Ce ne fut pas sans mal.
Tu trouvais cela anormal.
Si bien que tu fis une fugue misérable
A la recherche d'un maître bien peu….recommandable!
Par bonheur, au terme de deux jours, nous t'avons retrouvée.
Mais si crottée et épuisée que c'en était pitié.
Enfin nous gagnâmes ton affection.
Nous en avions tant à ta disposition!

Nous te vantions de "pures races"
En précisant bien le pluriel sans nous voiler la face.
C'est que tu aurais bien pu l'être
Car, d'originalités, tes ancêtres
N'en devaient pas manquer
Pour t'en avoir tant léguées.

En vérité, cinq kilos et environ sept années,
Etaient à ton arrivée chez nous ton seul pedigree.
Pour le reste, ta robe tricolore à dominante fauve
N'était pas sans rappeler, certaines faunes.
Renard ou fennec disaient unanimes tes admirateurs surpris
Et déçus aussi à l'idée qu'ils n'auraient jamais ta copie.

Et oui! Tu étais unique et typée en diable.
Et gourmande aussi sous cette petite taille
Que tu savais si bien dresser sur tes pattes menues
Pour mieux connaître la teneur de nos menus.

En toi, tout pétillait, frémissait, s'agitait, invitait
Tant était grande ta vitalité.
Tout vivait, tout parlait sans répit,
Et le panache de ta queue frappé de frénésie,
Et ton museau, tes oreilles, ta truffe et tes yeux pointus,
Toujours tendus, toujours à l'affût,
De ta maîtresse surtout!
Pour toi, elle était tout!
Pourquoi donc l'aimais-tu autant? Mystère!
Il te la fallait à toi toute entière.
Avec moi, cependant, tu condescendais à la partager un peu
Pour mieux t'installer entre….nous deux!

Après dix années passées près de nous, tu es partie.
Sans bruit, forte jusqu'au dernier souffle de vie.

Jean Rosso.


merci corto pour tes poèmes ça fait chaud au coeur
que l année 2014 te soit douce et surtout bonne santé



jane
le 02 Janvier 2014 à 16:03
Corto-Maltese...
Corto-Maltese-.-
395 messages
Pastille.

Je te vois!
Tu n'es pas!
C'est étrange!
Tu traverses mon rêve comme un ange.
Qu'est-ce donc, princesse belle
Qui, à ma pensée, te rend si irréelle?

- Ta robe immaculée
Symbole de pureté?
- Ta coquetterie soyeuse,
A la fois docile et joyeuse?
- Le cercle brun qui entourait l'un de tes yeux
Et qui te donnait cet air curieux?
- Tes mimiques gracieuses
Et souvent malicieuses
Voire offusquées
Quand il t'arrivait d'être contrariée?
- Ta délicieuse omniprésence
Que nous entourions de prévenances
Tant semblait délicate ton image,
Fluide, sous le satin de ton pelage?
- Ton charme naturel
Qui enchantait le commun des mortels?
Et que sais-je encore d'exceptionnel
Qui nimbe mon souvenir de surnaturel?

Fruit d'une mélancolie songeuse,
Telle une apparition vaporeuse,
Je te vois petite cocker sage,
Posée sur ton nuage,
Auréolée de cette douce sérénité
Que tu savais si bien prodiguer.

Jean Rosso.

__________________________________
< <La meilleure forteresse des tyrans c'est l'inertie des peuples > >

Machiavel

le 02 Janvier 2014 à 16:16
moumoune3
moumoune3
>> /

69 ans
9551 messages
Réponse à Corto-Maltese-.- qui a dit :
Pastille.

Je te vois!
Tu n'es pas!
C'est étrange!
Tu traverses mon rêve comme un ange.
Qu'est-ce donc, princesse belle
Qui, à ma pensée, te rend si irréelle?

- Ta robe immaculée
Symbole de pureté?
- Ta coquetterie soyeuse,
A la fois docile et joyeuse?
- Le cercle brun qui entourait l'un de tes yeux
Et qui te donnait cet air curieux?
- Tes mimiques gracieuses
Et souvent malicieuses
Voire offusquées
Quand il t'arrivait d'être contrariée?
- Ta délicieuse omniprésence
Que nous entourions de prévenances
Tant semblait délicate ton image,
Fluide, sous le satin de ton pelage?
- Ton charme naturel
Qui enchantait le commun des mortels?
Et que sais-je encore d'exceptionnel
Qui nimbe mon souvenir de surnaturel?

Fruit d'une mélancolie songeuse,
Telle une apparition vaporeuse,
Je te vois petite cocker sage,
Posée sur ton nuage,
Auréolée de cette douce sérénité
Que tu savais si bien prodiguer.

Jean Rosso.


joli et touchant

__________________________________
Appelez moi Elsa ... tout simplement

le 02 Janvier 2014 à 20:00
Corto-Maltese...
Corto-Maltese-.-
395 messages
Réponse à moumoune3 qui a dit :
joli et touchant


J'aime beaucoup,tout d’abord parce que c'est écrit de la main de mon ami Jean,un jeune homme de 76 ans pour qui,j'ai une profonde admiration,c'est un érudit qui a un joli coup de plume et j'ai même eu la chance de lire le 1er tome de sa biographie,une vie riche en aventures,alpiniste,natation au cercle des nageurs d'Antibes,beaucoup de vtt de la marche,j'ai hâte d’être au mois de juillet,il passe 3 mois tout les ans a coté de chez moi,ça me change des bœufs que je suis parfois obligé de supporter.

__________________________________
< <La meilleure forteresse des tyrans c'est l'inertie des peuples > >

Machiavel

le 02 Janvier 2014 à 20:03
LA_BAROUDEUSE...
LA_BAROUDEUSE.
>>

46 ans
20758 messages
Réponse à Corto-Maltese-.- qui a dit :
J'aime beaucoup,tout d’abord parce que c'est écrit de la main de mon ami Jean,un jeune homme de 76 ans pour qui,j'ai une profonde admiration,c'est un érudit qui a un joli coup de plume et j'ai même eu la chance de lire le 1er tome de sa biographie,une vie riche en aventures,alpiniste,natation au cercle des nageurs d'Antibes,beaucoup de vtt de la marche,j'ai hâte d’être au mois de juillet,il passe 3 mois tout les ans a coté de chez moi,ça me change des bœufs que je suis parfois obligé de supporter.


Coucou mon Ti Corto .... son livre a t il été publié ? si oui, tu peux me donner le titre ?

J'en profite pour t'offrir tous mes meilleurs vœux ... et t'envoyer un gros

__________________________________
" Le baiser est la plus sûre façon de se taire en disant tout " ....

Maupassant ....

le 03 Janvier 2014 à 19:42
Corto-Maltese...
Corto-Maltese-.-
395 messages
C'est en 2 morceaux

Pollux.

Pollux, notre amour de cocker,
Ne manquait….pas d'air!
Contrairement à la peluche bonhomme
D'une émission singulièrement mignonne
Qui, chaque soir, pour le grand bonheur des parents
Savait peupler de doux rêves le sommeil des enfants.

De celui-là, le moins qu'on puisse dire, est qu'il était bien….vivant!
Il avait à peine trois mois quand il est entré, déjà conquérant,
Dans l'univers d'une petite fille
Qui, du haut de ses trois ans, l'aurait souhaité plus….docile!
Coquine qui empoignait de longues oreilles
Qui s'y prêtaient à merveille
Pour obliger l'animal, suspendu de tout son long,
A s'admirer dans la glace du….salon.
"Dare-toi Pollusse! Dare-toi là"
Intimait-elle dans son charabia
Au jeune chiot couinant et gigotant
Qui apprenait ainsi à montrer les….dents!

Aussi, très vite, ces deux apôtres
Apprirent à se méfier de leurs élans réciproques.
C'est qu'il avait le caractère bien affirmé
Ce Pollux là, devenu "Nouchet" dans notre intimité.

Accoutumé à se jouer des automobiles,
Il allait librement par les rues de la ville
A une époque où les divagations d'un chien
Ne dérangeait en rien
De la cité un ordre si peu établi
Qu'il lui permettait d'en faire fi.
Et, d'ailleurs, pourquoi se serait-il privé de liberté
Puisque ses maîtres bien-aimés la lui accordaient?
Tout le quartier connaissait donc son personnage
Et nul ne s'étonnait de le croiser au passage.

C'était un dominant qui acceptait d'être commandé
Mais sans jamais baisser….le nez!
Et un tendre
Qui savait s'y prendre
Pour se prêter à mille soins
Et se pâmer dans les câlins.

Il a partagé notre vie douze années durant,
Occupant la quasi place d'un….enfant!
Et cela peut expliquer son dédain pour les partenaires de sa race
Au grand dam des amateurs de chiens de grande classe.

De notre petit clan, il fut un inséparable compagnon
Qui, en fait, n'allait traîner les rues qu'avec de bonnes raisons,
Préférant le confort du commerce et de l'appartement attenant
D'où il pouvait suivre tous nos mouvements,
Toujours prêt à s'inviter, l'œil guilleret,
Et frappé d'affliction, si par malheur il venait à être renvoyé.

./././././.

__________________________________
< <La meilleure forteresse des tyrans c'est l'inertie des peuples > >

Machiavel

le 03 Janvier 2014 à 19:43
Corto-Maltese...
Corto-Maltese-.-
395 messages
Ainsi, tour à tour, on le retrouvait dans l'auto,
Ou bien entre mes bras, juché à l'avant de la moto,
Ou encore à la proue du voilier, oreilles au vent,
Guettant la terre, impatient.
Tant et si bien, qu'un jour d'hiver, manquant le quai, il se retrouva dans le port
Dans lequel je dus plonger pour l'en sortir non sans de rudes efforts.
Et s'il suivait mes longs footings sans grande conviction
En revanche, il courait la montagne avec….déraison!
Au point qu'il me fallait parfois ramener son poids dolent
Sur un sac déjà bien pesant.

De nos biens, il était un gardien vigilant
Qui, devant les téméraires, grognait à….belles dents!
Aucun objet abandonné à sa garde
Ne pouvait être approché, fut-ce par mégarde.
A l'image de l'auto qui, bien qu'ouverte aux quatre vents,
Etait sûre de rester inviolée s'il y était présent.
Provoquer ses yeux fauves était donc hasardeux
Tant il pouvait devenir hargneux.
Et cela n'allait pas toujours sans problèmes
Avec ceux qui s'obstinaient à lui plaire.

Mais si ce possessif lunatique n'hésitait pas à s'en prendre aux godasses,
Il savait, plus encore, se montrer cocasse.
Ainsi, le jour où il se livra à une danse de Saint Guy
Après avoir subrepticement lampé mon verre de….whisky!
- Ou encore celui où il plongea dans un torrent furieux
Qui, de cascades en trous d'eau, le déposa ahuri et piteux
Quelques dizaines de mètres plus bas
Sur une berge calme à fond plat.
- Ou encore quand il s'élançait sur un lac gelé
A la poursuite du cailloux que je jetais
Et qu'il me ramenait en un numéro de patinage comique
Qui en aurait dégoûté plus d'un de cette pratique.
- Ou encore quand, suspendu à mes côtés à une corde d'escalade,
Le long d'une paroi où je pratiquais ce type de cascade
Et au pied de laquelle il aboyait tant de me voir grimper
Que j'avais pris le parti de le hisser.
- Ou encore et encore, en se vautrant sur du poisson pourri
Abandonné là aux oiseaux de mer tournoyant en cris,
Alors qu'au bel hôtel de la plage
Nous étions de….passage!
Ah! Mon Dieu! L'odeur! L'odeur!
Quelle puanteur!
Et que de mal il nous fallut
Pour qu'à nouveau il passe inaperçu.
- Et encore et encore!
Il y eut tant d'autre encore!

La vie de Nouchet fut riche.
Tout comme la nôtre alors d'enthousiasmes ne fut pas chiche.
Il repose dans la terre d'un petit chalet dénommé "Pollusse"
Par une enfant aux couettes échevelées aujourd'hui maman de deux grands….gugusses!

Jean Rosso.

__________________________________
< <La meilleure forteresse des tyrans c'est l'inertie des peuples > >

Machiavel

le 04 Janvier 2014 à 16:47
Corto-Maltese...
Corto-Maltese-.-
395 messages
Diane.

Je ne suis pour rien dans ce nom.
Elle le portait inscrit sur son collier sans autre mention.

Je l'ai rencontrée dans une cité, mi-bourgade, mi-mechta,
Où clocher et minaret, sans peine, dominaient une majorité de toits plats.
Elle était là, attendant je ne sais quoi, à la frontière de venelles hostiles,
Dont une emplie de lubricités sordides,
Et de la rue principale
Pompeusement bordée de maisons coloniales
Et dans laquelle, par le nombre, les uniformes
L'emportaient sur les autochtones.

En descendant de mon véhicule, c'est un peu par mégarde
Que ma main a tapoté sa bonne tête de bâtarde.
Si douce dans ce monde dur! Mais que n'avais-je fait?
Un instant plus tard, je la retrouvais assise dans ma jeep de sous-officier.
Pressé, je l'invitais à en descendre en la tirant un peu mais, aussitôt éconduite,
Par deux fois, elle se réinstalla en m'implorant d'une mine déconfite.

Alors je l'ai conduite au camp
Et présentée à tous ces gens,
Militaires en guerre,
Languissants de leurs galères.

Tous l'ont adoptée! Peut-être pour ses yeux d'or
Qui disaient l'amour plus fort que la mort.
Car, chienne de guerre elle n'était pas.
Simplement chienne à soldats.
Et je n'étais que l'un d'eux
Qui, comme eux, de mon destin disposait bien peu.
Pourtant elle m'a choisi
Ce qui, secrètement, m'a ravi.
Et, au diable si ma belle
Portait en elle une….faute bien naturelle!

Dès lors, elle prit ses quartiers entre mes installations de radio
Et, sait-on jamais, celles du….cuistot!

Nous ne nous quittions jamais sans bonnes raisons.
Allant jusqu'à partager l'étroit cockpit de l'avion qui, parfois, me conduisait en mission
Ou encore dans celui de l'hélicoptère
Qui, s'il me déposait au danger, la remmenait en arrière.

Deux années durant, elle sut attendre mes hypothétiques retours
Soupçonnant sans doute qu'un jour,
Inévitablement, j'abandonnerai ses yeux d'or
Au destin de leur….sort!

Jean Rosso.

__________________________________
< <La meilleure forteresse des tyrans c'est l'inertie des peuples > >

Machiavel

le 06 Janvier 2014 à 11:43
Corto-Maltese...
Corto-Maltese-.-
395 messages
Hommages à mes chiens et chats.

D'eux, il faut oublier les jours ultimes!
Ne se souvenir que du lien intime,
Charnel et exigeant,
D'amour débordant.

Je les revois qui me louent
De tout leurs corps devenus fous,
Agités de transes désordonnées
Par la joie débridée
D'ivresses
Abreuvées aux caresses.
Et, parfois, qui me culpabilisent de tout leur être
De ne pas me soumettre
Au dépit de leurs yeux.
Pauvres malheureux!

Ils ne vivent que l'instant,
Sans après ni avant,
Toujours lovés au plus proche
De la main qui flatte ou….reproche!
Et quand elle le fait, ils savent se montrer si penauds
Que, très vite, le geste tendre revient à nouveau.

De leurs maîtres, ils sont dépendants
Et, aux pires, ils sont reconnaissants
De tous petits riens.
Si bien que leurs affections semblent, à dessein,
Faites pour donner un peu d'humanité
Aux hommes, trop nombreux, qui en sont dénués.

Et l'obstination les habite.
Jamais prise en défaut, elle persiste
Jusqu'à lasser parfois
Tant elle réussit à imposer leurs lois
Qui, dans mon cas, les ont conduits
Jusqu'au creux de mon….lit!

Ils m'ont donné tous les bonheurs
De répondre aux….leurs!
Pauvre de moi!
Victime de leurs émois
Mais heureux de les souffrir
Fut-ce au prix de quelques soupirs.

L'âge ou je ne sais quelle autre mauvaise raison,
Sans doute le temps du même nom,
M'en prive aujourd'hui.
Et m'en voici bien marri

Oublions les jours ultimes
Pour ne conserver d'eux que le lien intime.

J.R

__________________________________
< <La meilleure forteresse des tyrans c'est l'inertie des peuples > >

Machiavel

le 26 Février 2014 à 01:50
Etrange_enigm...
Etrange_enigme
24 messages
Submergé de mille pensées simultanés
si séduisantes de prime abord
je rends mes jugements sous opiacés
ouvrant ma boîte de Pandore

je m’effrite de toute ma constitution
m'extirpant de mes rêveries lointaines
ma conscience me fait faux bond
prémices d'une folie certaine
le 27 Février 2014 à 14:03
Coeur_M
Coeur_M
6 messages
Le Vers de Soie,

Qui es-tu humble être ?
Fragile, agile comme une plume…
Douceur de velours sans aucun paraître…
Vêtue de Noir puis de Blanc, suivant l humeur mais totalement libre…

Mais qui es-tu à la fin noble être ?
Bien blottis de peur que tu t’enrhumes…
Aurai-je en vain l’espoir, le droit de te connaître…
Tel un bel insecte dans son cocoon en équilibre…

Je voudrais t’offrir ma plus belle lettre !
Je veillerai à ce que rien ne vienne brusquer ton costume…
J’aurai eu le cadeau le plus beau te voir naître…
Je le vois, je le sens petite chrysalide si fragile…

M’ouvriras-tu ton coeur avant de disparaître ?
Instants, moments que rien ne retiens et surtout sans amertume…

Moi que pourrais-je te promettre ?
Juste d’être là, triste et d’humeur chagrine…

Ma plume
le 27 Février 2014 à 17:50
redcarmin
redcarmin
>> /

45 ans
9574 messages
Capital’Syndrôme (la rumeur de PariS)


PariS – Stockholm :



Leurre et

Capitale

Quand l’Autre

Fut-il

Le modèle

Exact

De vouS…

Pâle copie

Oui,

"Notre Drame

Qui êteS odieux" !

Alors

Je monte :

St Prépuce

En meSse basSe,

23 fois

Je con feSse

A genoux,

Oui,

Le

Syndrôme

En bouteille.

AlorS ?

J’absouS,

L’

AbSynthe

AbSence,

Le

Verre

Mine,

Je sépare

Le bon grain

Et l’

IvreSse

Et puiS…

Au diable

J’expédie

Mon âme

A St DeniS !


(09/09/2013)
--------------

Les plus beaux poèmes ?

No, juste des mots, pour exprimer des choses.

La modestie a du bon encore.

__________________________________
ta salive sur

la Bouche

elle TE veut

la Muette

Amazone

elle TE veut

Dans son


CIRQUE


INSCRIPTION GRATUITE






Recevez nos bons plans partenaires