En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus... Fermer

le suicide - Page 6

le suicide - Page 6

Index du forum Salon de thé

1|2|3|4|5|6|7|8|9|10|11|

Auteur Message
le 21 Mai 2008 à 15:27
quasimodo94
quasimodo94
>>

41 ans
33719 messages
Réponse à felix.le.chat qui a dit :
oui la barriere est tres fine, je ne sais pas si vous allez me croire mais mon medecin que je connaissais bien un voisin, s'est suicide il y a 1 an maintenant un monsieur super sympa on discutait tranquillement on prenait le café le matin ensemble des fois finalement une impression d'un monsieur heureux

et un soir je rentre et j'apprends qu'il s'est pendu a cette occasion j'ai appris que le suicide par pendaison est symptomatique des gens qui ne veulent pas se rater

alors ???


alors les apparences st trompeuses et ns avons ts une carapace ...

__________________________________

le 21 Mai 2008 à 15:27
chloe777
chloe777
>> /

42 ans
41093 messages
Réponse à quasimodo94 qui a dit :
Le tout est de savoir ds quel état de conscience est la personne, nos névroses ou nos subconscients peuvent prendre le pouvoir parfois et alors ns ne parlons plus vraiment d'un acte volontaire.

Enfin, je ne suis pas psy ms la question est délicate et la barrière si fine ...


Oui! La barrière est extrêmement fine.

Mais tous nos actes sont dirigés en partie par notre subconscient. De là à dire que nous n'agissons jamais volontairement...

Ensuite pour ceux qui se tuent pendant un délire, c'est plutôt considéré comme un accident que comme un suicide.

Il me semble que dans la définition du suicide, il est question de conscience.

__________________________________
Training to be perfect. Thank you for your patience.

le 21 Mai 2008 à 15:29
vroger
vroger
>> /

37 ans
10323 messages
Quand j'avais 13 ans, un de mes copains s'est pendu. Il avait 11 ans. Il avait entendu dire par son médecin à ses parents qu'il était atteint d'une leucémie. Il avait raconté ça à ses copains et ils s'étaient moqué de lui. Le soir, il se pendait. Je n'ai pas su allé à son enterrement car il avait été fait dans l'intimité. Par contre je suis allé me recueillir de temps en temps sur sa tombe.

Je pense à lui plusieurs fois par semaine pourtant nous n'étions pas si proche que ça.

__________________________________
L'union fait la force ; l'oignon fait la sauce
ZE zuis le plus zentil des proxiens
En mode Ornythorinque

le 21 Mai 2008 à 15:33
quasimodo94
quasimodo94
>>

41 ans
33719 messages
Réponse à chloe777 qui a dit :
Oui! La barrière est extrêmement fine.

Mais tous nos actes sont dirigés en partie par notre subconscient. De là à dire que nous n'agissons jamais volontairement...

Ensuite pour ceux qui se tuent pendant un délire, c'est plutôt considéré comme un accident que comme un suicide.

Il me semble que dans la définition du suicide, il est question de conscience.



Que vaut la conscience d'un dépressif qt à son sort ?
Vaste débat très interessant ms là, je dois filer

__________________________________

le 21 Mai 2008 à 15:36
chloe777
chloe777
>> /

42 ans
41093 messages
Réponse à felix.le.chat qui a dit :
un acte surement mais c'est le mot volontaire que je n'aime pas pour moi un suicide est passionnel c'est evident sauf peut etre le cas tres rare le lucide par exemple le hara kiri des japonais mais c'est plus une tradition un acte d'honneur

les chats historiquement ne connaissent pas le suicide


Et depuis quand agir sous le coup de la passion signifie agir involontairement?

Si ressentir une passion n'est pas volontaire, lui obéir ou la contrer est par contre volontaire.

__________________________________
Training to be perfect. Thank you for your patience.

le 21 Mai 2008 à 15:39
ceo2
ceo2
1696 messages
Réponse à chloe777 qui a dit :
Oui! Surtout avant à cause du poids des religions, il me semble.

Le suicide a été longtemps considéré par la société comme honteux.

Et aujourd'hui encore, ça peut être un secret de famille.


Question de religion, d'éducation, d'environnement familial etc....oui tout à fait.


J'ai eu un collègue comme ça sur la route qui a été percuté en pleine ligne droite par une voiture qui roulait très très vite. La conductrice est décédée sur le coup vue la violence du choc...
Un accident incompréhensible car il n'y avait rien de particulier à cet endroit de la chaussée, le temps était clair, c'était de plus de jour en plein été.
Bon lui n'a rien eu bien que très choqué comme on peut l'imaginer. Il a vu la voiture se précipiter sur lui au dernier moment, impossible d'éviter le choc. Cette femme avait laissé une lettre à son domicile disant qu'elle avait l'intention d'en finir avec la vie. Sans cette lettre que les gendarmes ont trouvé chez elle cet accident serait passé dans les statistiques des accidents mortels de la route...
Bien que le nombre de suicides de ce genre soit une minorité, cependant je pense que le nombre exact de suicides par an en France serait à revoir à la hausse. Enfin très difficile de savoir.
Officiellement il y a deux fois plus de personnes qui se donnent la mort volontairement chaque année dans ce pays que de gens qui meurent dans des accidents de la route.

Message édité 1 fois
(En dernier par ceo2 le 21 Mai 2008 à 15:45)

le 21 Mai 2008 à 15:40
mincus37
mincus37
15223 messages
Réponse à chloe777 qui a dit :
Et depuis quand agir sous le coup de la passion signifie agir involontairement?

Si ressentir une passion n'est pas volontaire, lui obéir ou la contrer est par contre volontaire.


euh un etre passioné est un etre conscient?

En général on a pas toute sa raison non? quand on est passioné?
( c'est une question )

Message édité 1 fois
(En dernier par mincus37 le 21 Mai 2008 à 15:50)

__________________________________
Mini Mamouth en sucre

le 21 Mai 2008 à 15:48
felix.le.chat
felix.le.chat
6589 messages
Réponse à chloe777 qui a dit :
Et depuis quand agir sous le coup de la passion signifie agir involontairement?

Si ressentir une passion n'est pas volontaire, lui obéir ou la contrer est par contre volontaire.


ben sans parler du suicide quand c'est passionnel pour moi c'est une perte de controle de soi il y a plusieurs formes de suicides bien sur et puis l'état de conscience est à prouver, donc soit le suicide est lucide soit il est impulsif soit il est calculé mais dans tous les cas le passionnel et la depression sont evidents ?

et puis là d'un coup je me demande quelle est la motivation, arreter de souffrir ou faire souffrir les autres ?

__________________________________


les chats sont la preuve que tout n'a pas de but dans la nature.

le 21 Mai 2008 à 15:49
felix.le.chat
felix.le.chat
6589 messages
Réponse à mincus37 qui a dit :
euh un etre passioné est un etre conscient?

En général on a pas toute sa raison non? quand on est passioné?
( c'est une question )


oui pour moi on a pas toute sa raison c'est un acte impulsif ?

__________________________________


les chats sont la preuve que tout n'a pas de but dans la nature.

le 21 Mai 2008 à 15:55
chloe777
chloe777
>> /

42 ans
41093 messages
Réponse à mincus37 qui a dit :
euh un etre passioné est un etre conscient?

En général on a pas toute sa raison non? quand on est passioné?
( c'est une question )


Non effectivement!

La passion est antonyme à la raison.

Et la passion est involontaire. Mais les actes conduits par cette passion sont volontaires. Sinon tu entres dans le délire.

Exemple : si t'es jaloux c'est involontaire. Si tu tues par jalousie alors là pour moi, c'est volontaire.



__________________________________
Training to be perfect. Thank you for your patience.

le 21 Mai 2008 à 15:57
Wiphil
Wiphil
2233 messages
Réponse à chloe777 qui a dit :
Oui! La barrière est extrêmement fine.

Mais tous nos actes sont dirigés en partie par notre subconscient. De là à dire que nous n'agissons jamais volontairement...

Ensuite pour ceux qui se tuent pendant un délire, c'est plutôt considéré comme un accident que comme un suicide.

Il me semble que dans la définition du suicide, il est question de conscience.



D'un point de vue légal et lexical, le suicide est l'acte de celui qui met lui-même fin à ses jours de manière volontaire.

Quand on dit de manière volontaire c'est pour exclure les cas accidentels - genre Claude François vérifiant la loi d'Ohm appliquée à la haute tension alors qu'il est dans son bain - et donner un statut légal/moral approprié au défunt (pour l'église catholique le suicide est un péché mortel qui en théorie vous prive de funérailles religieuses, pour les assurances çà prive votre famille de votre assurance vie...)

Que ce soit ou non l'œuvre d'un dément n'entre pas vraiment en ligne de compte pour la qualification de l'acte, on "peut" se suicider dans un accès de folie.

Notre subconscient ne dirige pas nos actes, il inspire de manière variable notre conscient et s'impose à nous lorsque nous sommes inconscients (comprendre : endormis)... Mais étant inconscients nous ne pouvons plus agir.

Concrètement, pour être éventuellement considéré comme suicidé il faut au minimum être conscient dans le sens "éveillé" - même si on est bon pour la camisole et la pièce capitonnée - au moment de l'acte fatal.

Ce sont des trucs souvent laissés à l'appréciation d'un juge ou d'un médecin légiste : on peut effectivement douter de la pleine conscience d'un type à la limite du coma éthylique ou sous l'influence d'agents psycho-actifs illégaux.

__________________________________
Il est inutile de résister !

le 21 Mai 2008 à 15:58
chloe777
chloe777
>> /

42 ans
41093 messages
Réponse à felix.le.chat qui a dit :
ben sans parler du suicide quand c'est passionnel pour moi c'est une perte de controle de soi il y a plusieurs formes de suicides bien sur et puis l'état de conscience est à prouver, donc soit le suicide est lucide soit il est impulsif soit il est calculé mais dans tous les cas le passionnel et la depression sont evidents ?

et puis là d'un coup je me demande quelle est la motivation, arreter de souffrir ou faire souffrir les autres ?


Le suicide n'est pas une perte de contrôle de soi. Il me semble même que c'est reprendre le contrôle de sa vie.

Et puis s'il n'y a pas d'état de conscience alors ce n'est plus un suicide.

__________________________________
Training to be perfect. Thank you for your patience.

le 21 Mai 2008 à 16:01
felix.le.chat
felix.le.chat
6589 messages
Réponse à chloe777 qui a dit :
Non effectivement!

La passion est antonyme à la raison.

Et la passion est involontaire. Mais les actes conduits par cette passion sont volontaires. Sinon tu entres dans le délire.

Exemple : si t'es jaloux c'est involontaire. Si tu tues par jalousie alors là pour moi, c'est volontaire.





tuer par jalousie ?

alors pourquoi le meurtre passionnel fait l'objet d'une jurisprudence particuliere ? il est reconnu que la passion amoureuse fait perdre le controle de soi et donc est moins sévèrement punie


pourquoi ???

__________________________________


les chats sont la preuve que tout n'a pas de but dans la nature.

le 21 Mai 2008 à 16:03
felix.le.chat
felix.le.chat
6589 messages
Réponse à chloe777 qui a dit :
Le suicide n'est pas une perte de contrôle de soi. Il me semble même que c'est reprendre le contrôle de sa vie.

Et puis s'il n'y a pas d'état de conscience alors ce n'est plus un suicide.



quand tu me parles dans ce sujet de reprendre le controle de ta vie tu me fais mal chloe777


tu veux une cigarette ?

__________________________________


les chats sont la preuve que tout n'a pas de but dans la nature.

le 21 Mai 2008 à 16:08
Wiphil
Wiphil
2233 messages
Réponse à felix.le.chat qui a dit :
ben sans parler du suicide quand c'est passionnel pour moi c'est une perte de controle de soi il y a plusieurs formes de suicides bien sur et puis l'état de conscience est à prouver, donc soit le suicide est lucide soit il est impulsif soit il est calculé mais dans tous les cas le passionnel et la depression sont evidents ?

et puis là d'un coup je me demande quelle est la motivation, arreter de souffrir ou faire souffrir les autres ?


Etant donné que le suicide a des conséquences sociales, légales et financières on ne peut pas organiser une société en y intégrant des actes volontaires perpétrés par des individus sans qu'il ne soit possible d'en attribuer la responsabilité à quiconque.

Pour illustrer ce propos, je prends l'exemple de l'alcoolémie au volant : si la responsabilité de celui qui boit pouvait lui être soustraite dès la première goutte d'alcool, les conséquences de son ivresse ne pourrait lui être attribuée et en cas de drame aucune réparation possible pour les victimes : il est vain de vouloir mettre une bouteille vide à l'amende (1 bravo pour ceux qui détecteront le jeux de mot).

Quant à la motivation du suicide elle est multiple : dès lors que ta vie a moins de valeur que l'objectif que tu poursuis, tu peux envisager ton propre sacrifice comme une option tout à fait valable.

__________________________________
Il est inutile de résister !

le 21 Mai 2008 à 16:10
chloe777
chloe777
>> /

42 ans
41093 messages
Réponse à Wiphil qui a dit :
D'un point de vue légal et lexical, le suicide est l'acte de celui qui met lui-même fin à ses jours de manière volontaire.

Quand on dit de manière volontaire c'est pour exclure les cas accidentels - genre Claude François vérifiant la loi d'Ohm appliquée à la haute tension alors qu'il est dans son bain - et donner un statut légal/moral approprié au défunt (pour l'église catholique le suicide est un péché mortel qui en théorie vous prive de funérailles religieuses, pour les assurances çà prive votre famille de votre assurance vie...)

Que ce soit ou non l'œuvre d'un dément n'entre pas vraiment en ligne de compte pour la qualification de l'acte, on "peut" se suicider dans un accès de folie.

Notre subconscient ne dirige pas nos actes, il inspire de manière variable notre conscient et s'impose à nous lorsque nous sommes inconscients (comprendre : endormis)... Mais étant inconscients nous ne pouvons plus agir.

Concrètement, pour être éventuellement considéré comme suicidé il faut au minimum être conscient dans le sens "éveillé" - même si on est bon pour la camisole et la pièce capitonnée - au moment de l'acte fatal.

Ce sont des trucs souvent laissés à l'appréciation d'un juge ou d'un médecin légiste : on peut effectivement douter de la pleine conscience d'un type à la limite du coma éthylique ou sous l'influence d'agents psycho-actifs illégaux.


" Que ce soit ou non l'œuvre d'un dément n'entre pas vraiment en ligne de compte pour la qualification de l'acte, on "peut" se suicider dans un accès de folie. "

Il me semble que si justement. Se tuer pendant un épisode de démence est considéré comme un accident et pas un suicide.


" Notre subconscient ne dirige pas nos actes, il inspire de manière variable notre conscient et s'impose à nous lorsque nous sommes inconscients (comprendre : endormis)... Mais étant inconscients nous ne pouvons plus agir. "

Et il me semble aussi que le subconscient agit lorsque nous sommes conscients.

" Concrètement, pour être éventuellement considéré comme suicidé il faut au minimum être conscient dans le sens "éveillé" - même si on est bon pour la camisole et la pièce capitonnée - au moment de l'acte fatal. "

Je crois que le mot "conscient " a plutôt le sens " avoir conscience de ce que l'on fait"

__________________________________
Training to be perfect. Thank you for your patience.

le 21 Mai 2008 à 16:12
chloe777
chloe777
>> /

42 ans
41093 messages
Réponse à felix.le.chat qui a dit :
tuer par jalousie ?

alors pourquoi le meurtre passionnel fait l'objet d'une jurisprudence particuliere ? il est reconnu que la passion amoureuse fait perdre le controle de soi et donc est moins sévèrement punie


pourquoi ???


Et pourquoi ce n'est pas considéré comme un homicide involontaire?

__________________________________
Training to be perfect. Thank you for your patience.

le 21 Mai 2008 à 16:17
chloe777
chloe777
>> /

42 ans
41093 messages
Réponse à felix.le.chat qui a dit :
quand tu me parles dans ce sujet de reprendre le controle de ta vie tu me fais mal chloe777


tu veux une cigarette ?


C'est un sujet douloureux.

Mais en réalité, il se passe quoi?

Des personnes souffrent et ne connaissent qu'un moyen d'arrêter leurs souffrances : se suicider. Si ce n'est pas reprendre le contrôle de sa vie, ça!!

__________________________________
Training to be perfect. Thank you for your patience.

le 21 Mai 2008 à 16:17
felix.le.chat
felix.le.chat
6589 messages
Réponse à Wiphil qui a dit :
Etant donné que le suicide a des conséquences sociales, légales et financières on ne peut pas organiser une société en y intégrant des actes volontaires perpétrés par des individus sans qu'il ne soit possible d'en attribuer la responsabilité à quiconque.

Pour illustrer ce propos, je prends l'exemple de l'alcoolémie au volant : si la responsabilité de celui qui boit pouvait lui être soustraite dès la première goutte d'alcool, les conséquences de son ivresse ne pourrait lui être attribuée et en cas de drame aucune réparation possible pour les victimes : il est vain de vouloir mettre une bouteille vide à l'amende (1 bravo pour ceux qui détecteront le jeux de mot).

Quant à la motivation du suicide elle est multiple : dès lors que ta vie a moins de valeur que l'objectif que tu poursuis, tu peux envisager ton propre sacrifice comme une option tout à fait valable.


un exemple pour ton dernier cas ?





ben si c'est un jeu de mot belge ???

__________________________________


les chats sont la preuve que tout n'a pas de but dans la nature.

le 21 Mai 2008 à 16:18
felix.le.chat
felix.le.chat
6589 messages
Réponse à chloe777 qui a dit :
Et pourquoi ce n'est pas considéré comme un homicide involontaire?


c'est vrai tu as raison, on est sur le fil du rasoir quand meme

__________________________________


les chats sont la preuve que tout n'a pas de but dans la nature.


INSCRIPTION GRATUITE






Recevez nos bons plans partenaires