En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus... Fermer

Leçon de vie .. - Page 1

Leçon de vie .. - Page 1

Index du forum Salon de thé

Auteur Message
le 03 Avril 2006 à 20:51
Thorgal21
Thorgal21
721 messages


Un vieil homme affaibli alla vivre chez son fils, sa bru, et son petit fils de quatre ans.
Les mains du vieil homme tremblaient, sa vision était embrouillée et son pas chancelant.

Ils mangeaient tous ensemble à la même table.
Mais, pour le vieux grand-père, manger était difficile à cause de ses mains tremblantes
et de de sa vue brouillée. Les pois glissaient de sa cuillère et roulaient sur le plancher.
Quand il attrapait son verre de lait, il en renversait sur la nappe.

Le fils et la bru devinrent de plus en plus impatients face à ces dégâts.
"Nous devons faire quelque chose avec grand-père," dit le fils.
"J'en ai assez du lait renversé, du bruit en mangeant et de la nourriture sur le plancher."

Alors le mari avec sa femme placèrent une petite table dans un coin.
Là, le grand-père mangeait seul alors que le reste de la famille dînait ensemble.
Comme le grand-père avait brisé une ou deux pièces de vaisselle,
sa nourriture lui était servie dans un bol de bois.

Quand un membre de la famille jetait un coup d'oeil dans la direction du
grand-père assis seul dans son coin, il avait quelques fois des larmes au coin des yeux.
Malgré cela, les seules paroles que le couple lui adressait étaient de durs reproches.

L'enfant de quatre ans observait tout cela en silence.
Un soir, avant le souper, le père remarqua que son fils, assis sur le plancher, jouait
avec des morceaux de bois. Il lui demanda gentiment:
"Qu'est-ce que tu fabriques?"
Tout aussi gentiment, l'enfant répondit:
"Oh, je fais un petit bol pour toi et maman pour que vous y mangiez votre nourriture
quand je serai grand." L'enfant de quatre ans sourit et se remit à l'ouvrage.

Ces paroles laissèrent les parents sans voix.
Des larmes se mirent à couler sur leurs joues.
Même si aucune parole ne fut prononcée, tous deux surent ce qu'il fallait faire.
Le soir même le mari pris la main du grand-père et gentiment le conduisit à la table familial.
Pour le reste de ses jours, il mangea tous ses repas avec la famille.
Et pour une raison ou une autre, ni le mari et ni sa femme
ne semblaient préoccupés par une fourchette échappée,
du lait renversé, ou une nappe salie.

__________________________________
Thorgal

le 03 Avril 2006 à 20:52
Thorgal21
Thorgal21
721 messages
un chtit dernier...

C'est l'histoire d'un petit garçon qui avait un mauvais caractère.
Son père lui donna un sac de clous et lui dit qu'a chaque fois qu'il perdra patience,
il devrait planter un clou derrière la clôture.
Le premier jour le garçon planta 5 clous derrière la clôture.
Les semaines suivirent à mesure qu'il apprenait à contrôler son humeur,
il plantait de moins en moins de clou derrière la clôture.
Il découvrit qu'il était plus facile de contrôler son humeur
que d'aller planter des clous derrière la clôture.
Le jour vint où il contrôla son humeur toute la journée.
Apres en avoir informé son père, ce dernier lui dit
de retirer un clou à chaque jour où il contrôlerait son humeur.
Les jours passèrent et le jeune homme pu finalement annoncer à son père
qu'il ne restait plus aucun clou à retirer de la clôture.
Son père le prit par la main et l'amena à la clôture.
Il lui dit : " Tu as travaillé fort, mon fils,
mais regarde bien tous les trous dans la clôture.
Elle ne sera plus jamais la même.
À chaque fois que tu pers patience, cela laisse des cicatrices
exactement comme celle-ci.
Tu peux enfoncer un couteau dans un homme et le retirer,
peu importe combien de fois tu lui diras être désolé,
la cicatrice demeurera pour toujours"
"Une offense verbale est aussi néfaste qu'un offense physique.
Les amis sont des joyaux précieux.
Ils nous font rire et nous encouragent à réussir.
Ils nous prêtent une oreille attentive,
nous louangent et sont toujours prêts à nous ouvrir leurs coeurs.
Montrer à vos amis combien ils vous sont cher

__________________________________
Thorgal

le 03 Avril 2006 à 22:42
esve78
esve78
>> /

38 ans
536 messages

2 belles leçons de vie en effet !!!
le 04 Avril 2006 à 05:30
pierre91
pierre91
169 messages
oui tres belles leçons Thorgal

__________________________________

le 27 Avril 2006 à 21:39
Thorgal21
Thorgal21
721 messages
merki....allez m^me joueur joue 2 fois !

LES BALLONS NOIRS

Un petit garçon noir regarde un marchand de ballons.
Ses yeux brillent, il y a des ballons de toutes les couleurs rouges, bleus, blancs, noirs, jaunes...
Le vieux monsieur qui vend les ballons voit le garçon qui hésite,
puis prend son courage à deux mains et s'approche de lui.

" Dis, Monsieur, est-ce que les ballons noirs volent aussi haut que les autres?"

Le vieux monsieur a presque la larme à l'oeil. Il prend le garçon dans ses bras, l'installe sur un muret et lui dit:
" Regarde". Il lâche tous les ballons qui s'envolent en grappes et montent, montent, montent dans le ciel jusqu'à disparaître tous, tellement ils sont hauts.
" Tu as vu? - Oui.
- Est-ce que les ballons noirs sont montés aussi haut que les autres?
- Oui, Monsieur.
- Tu vois, mon garçon, les ballons, c'est comme les hommes.

L'important, ce n'est pas leur couleur, ce n'est pas l'extérieur.
Non l'important, c'est CE QU'IL Y A EN EUX.

C'est ce qu'il y a en toi qui fera toute la différence dans ta vie".

__________________________________
Thorgal

le 27 Avril 2006 à 21:43
hugojero
hugojero
767 messages
Réponse à Thorgal21 qui a dit :
merki....allez m^me joueur joue 2 fois !

LES BALLONS NOIRS

Un petit garçon noir regarde un marchand de ballons.
Ses yeux brillent, il y a des ballons de toutes les couleurs rouges, bleus, blancs, noirs, jaunes...
Le vieux monsieur qui vend les ballons voit le garçon qui hésite,
puis prend son courage à deux mains et s'approche de lui.

" Dis, Monsieur, est-ce que les ballons noirs volent aussi haut que les autres?"

Le vieux monsieur a presque la larme à l'oeil. Il prend le garçon dans ses bras, l'installe sur un muret et lui dit:
" Regarde". Il lâche tous les ballons qui s'envolent en grappes et montent, montent, montent dans le ciel jusqu'à disparaître tous, tellement ils sont hauts.
" Tu as vu? - Oui.
- Est-ce que les ballons noirs sont montés aussi haut que les autres?
- Oui, Monsieur.
- Tu vois, mon garçon, les ballons, c'est comme les hommes.

L'important, ce n'est pas leur couleur, ce n'est pas l'extérieur.
Non l'important, c'est CE QU'IL Y A EN EUX.

C'est ce qu'il y a en toi qui fera toute la différence dans ta vie".



__________________________________
Mdr à celui qui lira

le 27 Avril 2006 à 23:21
petertosh
petertosh
48 messages
Réponse à Thorgal21 qui a dit :
un chtit dernier...

C'est l'histoire d'un petit garçon qui avait un mauvais caractère.
Son père lui donna un sac de clous et lui dit qu'a chaque fois qu'il perdra patience,
il devrait planter un clou derrière la clôture.
Le premier jour le garçon planta 5 clous derrière la clôture.
Les semaines suivirent à mesure qu'il apprenait à contrôler son humeur,
il plantait de moins en moins de clou derrière la clôture.
Il découvrit qu'il était plus facile de contrôler son humeur
que d'aller planter des clous derrière la clôture.
Le jour vint où il contrôla son humeur toute la journée.
Apres en avoir informé son père, ce dernier lui dit
de retirer un clou à chaque jour où il contrôlerait son humeur.
Les jours passèrent et le jeune homme pu finalement annoncer à son père
qu'il ne restait plus aucun clou à retirer de la clôture.
Son père le prit par la main et l'amena à la clôture.
Il lui dit : " Tu as travaillé fort, mon fils,
mais regarde bien tous les trous dans la clôture.
Elle ne sera plus jamais la même.
À chaque fois que tu pers patience, cela laisse des cicatrices
exactement comme celle-ci.
Tu peux enfoncer un couteau dans un homme et le retirer,
peu importe combien de fois tu lui diras être désolé,
la cicatrice demeurera pour toujours"
"Une offense verbale est aussi néfaste qu'un offense physique.
Les amis sont des joyaux précieux.
Ils nous font rire et nous encouragent à réussir.
Ils nous prêtent une oreille attentive,
nous louangent et sont toujours prêts à nous ouvrir leurs coeurs.
Montrer à vos amis combien ils vous sont cher


pas du tout d accord au contraire il ne faut pas avoir de patience , meme de celle dont ont s'arme .la patiense n' est qu 'un habit de lenteur , pour moi elle représente une forme de desespoir , déguisée en vertu. seul la franchise dans ces actes comptes meme si elle est maladroite , elle est la seul a pouvoir etre escusable meme par ses amis meurtris
le 28 Avril 2006 à 07:19
bbdouceur
bbdouceur
2654 messages
Bravo et merci thorgal

__________________________________

le 08 Janvier 2007 à 00:51
Seulstice
Seulstice
299 messages
Très belles les deux histoires, et la fin de la seconde :

""Une offense verbale est aussi néfaste qu'un offense physique.
Les amis sont des joyaux précieux.
Ils nous font rire et nous encouragent à réussir.
Ils nous prêtent une oreille attentive,
nous louangent et sont toujours prêts à nous ouvrir leurs coeurs.
Montrer à vos amis combien ils vous sont cher "


J'ai très peu d'ami(e)s, mais j'essaye d'être là, à ma façon : présente, maladroite, mais j'espère qu'ils savent au fond d'eux que j'essayes de les aider du mieux que je peux

Message édité 3 fois
(En dernier par Seulstice le 09 Janvier 2007 à 08:36)

__________________________________
Par la caresse nous sortons de notre enfance mais un seul mot d'amour et c'est notre naissance.
Eluard (Eugène Grindel, dit Paul)

"L'harmonie la plus douce est le son de la voix de celle que l'on aime."
Jean de la Bruyère,

le 08 Janvier 2007 à 23:04
Thorgal21
Thorgal21
721 messages
Réponse à Seulstice qui a dit :
Très belles les deux histoires, et la fin de la seconde :

""Une offense verbale est aussi néfaste qu'un offense physique.
Les amis sont des joyaux précieux.
Ils nous font rire et nous encouragent à réussir.
Ils nous prêtent une oreille attentive,
nous louangent et sont toujours prêts à nous ouvrir leurs coeurs.
Montrer à vos amis combien ils vous sont cher "


J'ai très peu d'ami(e)s, mais j'essaye d'être là, à ma façon : présente, maladroite, mais j'espère qu'ils savent au fond d'eux que j'essayes de les aider du mieux que je peux


Thanks Seulstice Bonne année à toi et tes proches

__________________________________
Thorgal

le 09 Janvier 2007 à 13:58
C_Dokho71
C_Dokho71
8 messages
Mon père, ce héros au sourire si doux,
Suivi d'un seul housard qu'il aimait entre tous
Pour sa grande bravoure et pour sa haute taille,
Parcourait à cheval, le soir d'une bataille,
Le champ couvert de morts sur qui tombait la nuit.
Il lui sembla dans l'ombre entendre un faible bruit.
C'était un Espagnol de l'armée en déroute
Qui se traînait sanglant sur le bord de la route,
Râlant, brisé, livide, et mort plus qu'à moitié.
Et qui disait: " A boire! à boire par pitié ! "
Mon père, ému, tendit à son housard fidèle
Une gourde de rhum qui pendait à sa selle,
Et dit: "Tiens, donne à boire à ce pauvre blessé. "
Tout à coup, au moment où le housard baissé
Se penchait vers lui, l'homme, une espèce de maure,
Saisit un pistolet qu'il étreignait encore,
Et vise au front mon père en criant: "Caramba! "
Le coup passa si près que le chapeau tomba
Et que le cheval fit un écart en arrière.
" Donne-lui tout de même à boire ", dit mon père.
le 09 Janvier 2007 à 14:02
Seulstice
Seulstice
299 messages
Réponse à C_Dokho71 qui a dit :
Mon père, ce héros au sourire si doux,
Suivi d'un seul housard qu'il aimait entre tous
Pour sa grande bravoure et pour sa haute taille,
Parcourait à cheval, le soir d'une bataille,
Le champ couvert de morts sur qui tombait la nuit.
Il lui sembla dans l'ombre entendre un faible bruit.
C'était un Espagnol de l'armée en déroute
Qui se traînait sanglant sur le bord de la route,
Râlant, brisé, livide, et mort plus qu'à moitié.
Et qui disait: " A boire! à boire par pitié ! "
Mon père, ému, tendit à son housard fidèle
Une gourde de rhum qui pendait à sa selle,
Et dit: "Tiens, donne à boire à ce pauvre blessé. "
Tout à coup, au moment où le housard baissé
Se penchait vers lui, l'homme, une espèce de maure,
Saisit un pistolet qu'il étreignait encore,
Et vise au front mon père en criant: "Caramba! "
Le coup passa si près que le chapeau tomba
Et que le cheval fit un écart en arrière.
" Donne-lui tout de même à boire ", dit mon père.


Victor HUGO (1802-1885)
(Recueil : La légende des siècles)


Juste pour préciser l'auteur

__________________________________
Par la caresse nous sortons de notre enfance mais un seul mot d'amour et c'est notre naissance.
Eluard (Eugène Grindel, dit Paul)

"L'harmonie la plus douce est le son de la voix de celle que l'on aime."
Jean de la Bruyère,

le 09 Janvier 2007 à 14:09
C_Dokho71
C_Dokho71
8 messages
Réponse à Seulstice qui a dit :
Victor HUGO (1802-1885)
(Recueil : La légende des siècles)


Juste pour préciser l'auteur


Seulstice je n'ai qu'une chose à dire : On ne pouvait mieux préciser les choses...
Tu n'aurais pas Google, par hasard ?
le 09 Janvier 2007 à 14:12
Seulstice
Seulstice
299 messages
Réponse à C_Dokho71 qui a dit :
Seulstice je n'ai qu'une chose à dire : On ne pouvait mieux préciser les choses...
Tu n'aurais pas Google, par hasard ?


Juste un très bon site sur les poêmes

__________________________________
Par la caresse nous sortons de notre enfance mais un seul mot d'amour et c'est notre naissance.
Eluard (Eugène Grindel, dit Paul)

"L'harmonie la plus douce est le son de la voix de celle que l'on aime."
Jean de la Bruyère,

le 09 Janvier 2007 à 14:20
chloe777
chloe777
>> /

42 ans
39404 messages
Thorgal 21 a dit : "Une offense verbale est aussi néfaste qu'un offense physique. "

Je connais une histoire kabyle dont la morale va un peu plus loin puique'elle dit : "Une offense verbale est PLUS néfaste qu'une offense physique "

Je vous la dis en court :

C'est une femme qui rencontre un lion dans une forêt. Le lion propose à la femme apeurée de la raccompagner pour la protéger des autres animaux. Chemin faisant, ils discutent de choses et d'autres et au cours de la conversation, la femme rassurée lui dit : "Lion, tu es le plus noble des animaux, bla,bla,bla, mais il est dommage que tu pues de l'haleine. " ( ben oui, c'est un fauve!!). Le lion ne répond pas. Ils arrivent chez elle et le lion demande à la femme de lui rendre à son tour service : "Prends une hache et fends-moi le front" Ce fut fait. Le lion disparait dans la forêt.
10 ans apres retrouvailles du lion et de la femme. Apres les premieres effusions, le lion dit : " Femme, regarde mon front" " Ben, je ne vois rien" " Oui, tu ne vois rien, parce que les blessures physiques guérissent et disparaissent avec le temps alors que les blessures faites au coeurs restent ouvertes et continuent à saigner"

Ouf, voilà. Bon ma mère la raconte mieux et avec la morale en kabyle, ça donne mieux. En tout cas, gamine, j'ai été drolement impressionnée.

__________________________________
Training to be perfect. Thank you for your patience.

le 09 Janvier 2007 à 14:20
C_Dokho71
C_Dokho71
8 messages
Réponse à Seulstice qui a dit :
Juste un très bon site sur les poêmes


ah oui ? tu pourrais me le donner, si tu en as le droit sur ce site-là, car moi aussi j'aime bien les poèmes... On dirait que ça sera mon cadeau de noel
le 09 Janvier 2007 à 14:23
Seulstice
Seulstice
299 messages
Réponse à C_Dokho71 qui a dit :
ah oui ? tu pourrais me le donner, si tu en as le droit sur ce site-là, car moi aussi j'aime bien les poèmes... On dirait que ça sera mon cadeau de noel


Je laisse proxy m'accorder ou non le droit de mettre le lien ici (mais je doute qu'il soit d'accord ).

__________________________________
Par la caresse nous sortons de notre enfance mais un seul mot d'amour et c'est notre naissance.
Eluard (Eugène Grindel, dit Paul)

"L'harmonie la plus douce est le son de la voix de celle que l'on aime."
Jean de la Bruyère,


INSCRIPTION GRATUITE






Recevez nos bons plans partenaires