En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus... Fermer

La dépression - Page 10

La dépression - Page 10

Index du forum Salon de thé

5|6|7|8|9|10|11|12|13|

Auteur Message
le 14 Septembre 2016 à 08:40
free_bear
free_bear
>>

52 ans
2434 messages
Réponse à chloe777 qui a dit :
Faut il lourder le dépressif?

Oui, comme tous les malades. Et les boulets, zossi

Perso, je commencerais par les boulets


c'est du boulot les boulets...

__________________________________
Cuir ?

le 14 Septembre 2016 à 10:25
Ephemere....
Ephemere....
743 messages
Réponse à free_bear qui a dit :
c'est du boulot les boulets...


Mais n'est-on pas tous le boulet de quelqu'un ?

J'ai entendu dernièrement que les gens dépressifs sont lâches, qu'ils se cachent derrière leur maladie pour avoir une bonne excuse de rester dans le silence.
Je ne trouve rien sur internet là dessus....

Moi je pense qu'ils sont tellement focalisés à lutter contre leurs souffrances que plus rien d'autre n'a d'importance, et ensuite s'ajoute la honte de ne pas donner de nouvelles.
Sans compter qu'ils savent que la majorité des gens na pas conscience de la gravité de cette maladie.

Bon, c'est juste une supposition un peu simpliste.

Avez-vous un avis ?
le 14 Septembre 2016 à 10:35
cab77
cab77
>> /

48 ans
4816 messages
Réponse à Ephemere.... qui a dit :
Mais n'est-on pas tous le boulet de quelqu'un ?

J'ai entendu dernièrement que les gens dépressifs sont lâches, qu'ils se cachent derrière leur maladie pour avoir une bonne excuse de rester dans le silence.
Je ne trouve rien sur internet là dessus....

Moi je pense qu'ils sont tellement focalisés à lutter contre leurs souffrances que plus rien d'autre n'a d'importance, et ensuite s'ajoute la honte de ne pas donner de nouvelles.
Sans compter qu'ils savent que la majorité des gens na pas conscience de la gravité de cette maladie.

Bon, c'est juste une supposition un peu simpliste.

Avez-vous un avis ?


Non je ne pense pas que gens dépressifs soient lâchent, par contre ils se mettent à l'abri des autres et se créent une carapace, une protection.

Et comme ils sont dans un trou noir, ils ne pensent à rien même pas à lutter contre leurs souffrances.

Et en effet, tant qu'on a pas eu à faire à cette maladie, on ne peut en mesurer la gravité des conséquences........................

__________________________________
VOTEZ TERMINATOR, MI AMOR


le 14 Septembre 2016 à 10:59
chloe777
chloe777
>> /

42 ans
41187 messages
Réponse à Ephemere.... qui a dit :
Mais n'est-on pas tous le boulet de quelqu'un ?

J'ai entendu dernièrement que les gens dépressifs sont lâches, qu'ils se cachent derrière leur maladie pour avoir une bonne excuse de rester dans le silence.
Je ne trouve rien sur internet là dessus....

Moi je pense qu'ils sont tellement focalisés à lutter contre leurs souffrances que plus rien d'autre n'a d'importance, et ensuite s'ajoute la honte de ne pas donner de nouvelles.
Sans compter qu'ils savent que la majorité des gens na pas conscience de la gravité de cette maladie.

Bon, c'est juste une supposition un peu simpliste.

Avez-vous un avis ?


J ai plus qu un avis, j ai une explication

on "disparaît" (c est ainsi que je le disais) pour plusieurs raisons :
-la fatigue physique immense qui fait que tout est effort, ne serait-ce que se lever et prendre sa douche.
-la fatigue intellectuelle, qui fait qu on perd en concentration. Je me souviens des sueurs que j avais , rien que pour un coup de fil banal où on échange des news. En fait, je n arrivais plus à écouter l autre. Par moments, je decrochais, sans même m en rendre compte
-la confusion mentale, on n arrive plus à s expliquer.
- le fait de n' avoir à donner qu un truc mauvais à l autre. La peur de l inquiéter et de le déprimer avec nos idées noires. Mais on a plus la force de donner le change.
-le à quoi bon? À quoi bon, parler, expliquer, ça ne changera rien. C est un à quoi bon général, on ne trouve plus aucun intérêt à rien. Et on peut dire des trucs "absurdes" comme : bon, maintenant que tu sais que je vais mal, ça change quoi?
À tout ça, s ajoutent la culpabilité d être dans cet état, d avoir rien à donner de bon, etc

Alors on se cache.

Je me souviens, du téléphone qui sonnait et des messages inquiets que j entendais en direct sur le répondeur. J étais à côté. Ça m aurait pris 2 secondes de répondre, ne serait ce que pour dire que ça va, j aimerais me reposer et que je rappelerai plus tard.
Est ce qu aujourd'hui, je laisserais qyelqu un s inquiéter sans prendre la peine de lui téléphoner ou envoyer un message? Jamais de la vie.
Donc faut croire que j étais lâche et que je ne le suis plus. D ailleurs, je ne vois même pas où se situe le courage dans donner des nouvelles. Même avec 39C de fièvre, je pourrais.

__________________________________
Training to be perfect. Thank you for your patience.

le 14 Septembre 2016 à 11:11
Ephemere....
Ephemere....
743 messages
Réponse à chloe777 qui a dit :
J ai plus qu un avis, j ai une explication

on "disparaît" (c est ainsi que je le disais) pour plusieurs raisons :
-la fatigue physique immense qui fait que tout est effort, ne serait-ce que se lever et prendre sa douche.
-la fatigue intellectuelle, qui fait qu on perd en concentration. Je me souviens des sueurs que j avais , rien que pour un coup de fil banal où on échange des news. En fait, je n arrivais plus à écouter l autre. Par moments, je decrochais, sans même m en rendre compte
-la confusion mentale, on n arrive plus à s expliquer.
- le fait de n' avoir à donner qu un truc mauvais à l autre. La peur de l inquiéter et de le déprimer avec nos idées noires. Mais on a plus la force de donner le change.
-le à quoi bon? À quoi bon, parler, expliquer, ça ne changera rien. C est un à quoi bon général, on ne trouve plus aucun intérêt à rien. Et on peut dire des trucs "absurdes" comme : bon, maintenant que tu sais que je vais mal, ça change quoi?
À tout ça, s ajoutent la culpabilité d être dans cet état, d avoir rien à donner de bon, etc

Alors on se cache.

Je me souviens, du téléphone qui sonnait et des messages inquiets que j entendais en direct sur le répondeur. J étais à côté. Ça m aurait pris 2 secondes de répondre, ne serait ce que pour dire que ça va, j aimerais me reposer et que je rappelerai plus tard.
Est ce qu aujourd'hui, je laisserais qyelqu un s inquiéter sans prendre la peine de lui téléphoner ou envoyer un message? Jamais de la vie.
Donc faut croire que j étais lâche et que je ne le suis plus. D ailleurs, je ne vois même pas où se situe le courage dans donner des nouvelles. Même avec 39C de fièvre, je pourrais.


Merci Chloé
J'espère que ton témoignage en fera réfléchir certains
En tout cas, moi, il m'éclaire beaucoup...
le 14 Septembre 2016 à 11:11
chloe777
chloe777
>> /

42 ans
41187 messages
@ephemere

De bosseuse, ambitieuse, responsable, courageuse, attentive aux autres, je suis devenue paresseuse, indifferente, irresponsable, sans volonté, égoïste.
Et le pire, c est que ton estime de soi est tellement effondrée, que même si tu doutes, que tu te dis que ça n est pas vrai, tu le crois.
Aujourd'hui encore, j ai du mal à comprendre. Comme quelque chose d absurde, qui ne peut pas être vrai, que j inventais.
Et à cette époque, je me disais parfois qu il me suffirait de penser que je vais bien, pour aller bien. Comme un interrupteur , stop, arrête d imaginer n importe quoi , et tu redeviendras normale.

(la dernière partie, c est un sentiment personnel, je ne sais pas s il est partagé par d autres dépressifs)

__________________________________
Training to be perfect. Thank you for your patience.

le 14 Septembre 2016 à 11:15
chloe777
chloe777
>> /

42 ans
41187 messages
Réponse à Ephemere.... qui a dit :
Merci Chloé
J'espère que ton témoignage en fera réfléchir certains
En tout cas, moi, il m'éclaire beaucoup...


Non, pour le "certains"

Tout, absolument tout ce que tu as décrit peut être expliqué par la dépression. Y a rien dans ce que tu as dit qui m a semblé particulier. Et tu as du trouver tous ces symptômes décrits dans tes lectures, mais pas toujours avec ce que ça signifie au quotidien.

__________________________________
Training to be perfect. Thank you for your patience.

le 14 Septembre 2016 à 11:28
Ephemere....
Ephemere....
743 messages
Réponse à chloe777 qui a dit :
@ephemere

De bosseuse, ambitieuse, responsable, courageuse, attentive aux autres, je suis devenue paresseuse, indifferente, irresponsable, sans volonté, égoïste.
Et le pire, c est que ton estime de soi est tellement effondrée, que même si tu doutes, que tu te dis que ça n est pas vrai, tu le crois.
Aujourd'hui encore, j ai du mal à comprendre. Comme quelque chose d absurde, qui ne peut pas être vrai, que j inventais.
Et à cette époque, je me disais parfois qu il me suffirait de penser que je vais bien, pour aller bien. Comme un interrupteur , stop, arrête d imaginer n importe quoi , et tu redeviendras normale.

(la dernière partie, c est un sentiment personnel, je ne sais pas s il est partagé par d autres dépressifs)


Si la personne dépressive elle-même a du mal à comprendre, comment le faire comprendre et accepter à l'entourage ?
Comment éviter que beaucoup de gens dépressifs se retrouvent seuls, abandonnés par leur famille, leur conjoint, leur famille ?
Est-ce qu'il n'y a vraiment que la solution d'attendre (un temps indéfini) que la personne dépressive trouve l'envie de s'en sortir ? Alors que je lis souvent que sans aide, elles ne peuvent pas.
Quand tu es au fond, même l'aide des médecins te semble inutile.
le 14 Septembre 2016 à 11:46
chloe777
chloe777
>> /

42 ans
41187 messages
Réponse à Ephemere.... qui a dit :
Si la personne dépressive elle-même a du mal à comprendre, comment le faire comprendre et accepter à l'entourage ?
Comment éviter que beaucoup de gens dépressifs se retrouvent seuls, abandonnés par leur famille, leur conjoint, leur famille ?
Est-ce qu'il n'y a vraiment que la solution d'attendre (un temps indéfini) que la personne dépressive trouve l'envie de s'en sortir ? Alors que je lis souvent que sans aide, elles ne peuvent pas.
Quand tu es au fond, même l'aide des médecins te semble inutile.


cette question se pose pour tous ceux qui ont un proche malade. Comment faire dans la durée.

Ce que je t ai décrit, c est quand on est au fond. Comme tu disais ne pas avoir eu de ses nouvelles pendant 12 jours, j ai fait une sorte d évaluation de son niveau de dépression.
Mais j imagine que ton amie, tu l as connue autrement, et que si aujourd'hui, tu es perdue, c est que tu ne la reconnais plus. Elle n est donc pas tout le temps comme ça.

Quand je t ai parlé du téléphone que je laissais sonner dans le vide, j ai pas fait ça pendant 8 ans
Pendant ces années-la, j ai bossé, je suis partie en vacances, je sortais.
Tous ceux que j ai rencontrés ici, c était à cette époque.

Je n ai pas envie de faire de pronostic. Juste que parfois de reprendre son traitement, ça permet de refaire surface en quelques mois. Et sans même avoir la forme, tu ressors de ta grotte.
Quand elle ira mieux, et elle ira mieux, tu en discuteras avec elle. Et là, plus de précautions à prendre, tu pourras exiger des réponses

Il y a longtemps qu elle va mal?

__________________________________
Training to be perfect. Thank you for your patience.

le 14 Septembre 2016 à 11:52
Tylas
Tylas
>> /

39 ans
1114 messages
Réponse à chloe777 qui a dit :
cette question se pose pour tous ceux qui ont un proche malade. Comment faire dans la durée.

Ce que je t ai décrit, c est quand on est au fond. Comme tu disais ne pas avoir eu de ses nouvelles pendant 12 jours, j ai fait une sorte d évaluation de son niveau de dépression.
Mais j imagine que ton amie, tu l as connue autrement, et que si aujourd'hui, tu es perdue, c est que tu ne la reconnais plus. Elle n est donc pas tout le temps comme ça.

Quand je t ai parlé du téléphone que je laissais sonner dans le vide, j ai pas fait ça pendant 8 ans
Pendant ces années-la, j ai bossé, je suis partie en vacances, je sortais.
Tous ceux que j ai rencontrés ici, c était à cette époque.

Je n ai pas envie de faire de pronostic. Juste que parfois de reprendre son traitement, ça permet de refaire surface en quelques mois. Et sans même avoir la forme, tu ressors de ta grotte.
Quand elle ira mieux, et elle ira mieux, tu en discuteras avec elle. Et là, plus de précautions à prendre, tu pourras exiger des réponses

Il y a longtemps qu elle va mal?


parce que t'es sorti de ta grotte ?

Sinon j'ai un collègue où la dépression venait du travail, et le manque d'entourage ... et cela s'est très mal fini
le 14 Septembre 2016 à 12:03
chloe777
chloe777
>> /

42 ans
41187 messages
Réponse à Tylas qui a dit :
parce que t'es sorti de ta grotte ?

Sinon j'ai un collègue où la dépression venait du travail, et le manque d'entourage ... et cela s'est très mal fini


pas encore, mais j ai les chaussures aux pieds et le chapeau sur la tête. C est plus qu une question de quelques années

Ça perturbe, quand en plus, on partage ce même environnement.
Y a bien une sorte de contamination "dépressive", de la même maniere que quelqu un qui n est jamais content finit par porter sur ton moral.
On a entendu parler de ces vagues de suicides dans les entreprises mais ce qui est beaucoup plus courant, ce sont les vagues de démissions. Et toujours ces vagues sont précédées par un trop grand absentéisme.
L absentéisme, ça devrait normalement être un indicateur, un système d alarme.
Ça devrait...

__________________________________
Training to be perfect. Thank you for your patience.

le 14 Septembre 2016 à 14:00
Ephemere....
Ephemere....
743 messages
Réponse à chloe777 qui a dit :
cette question se pose pour tous ceux qui ont un proche malade. Comment faire dans la durée.

Ce que je t ai décrit, c est quand on est au fond. Comme tu disais ne pas avoir eu de ses nouvelles pendant 12 jours, j ai fait une sorte d évaluation de son niveau de dépression.
Mais j imagine que ton amie, tu l as connue autrement, et que si aujourd'hui, tu es perdue, c est que tu ne la reconnais plus. Elle n est donc pas tout le temps comme ça.

Quand je t ai parlé du téléphone que je laissais sonner dans le vide, j ai pas fait ça pendant 8 ans
Pendant ces années-la, j ai bossé, je suis partie en vacances, je sortais.
Tous ceux que j ai rencontrés ici, c était à cette époque.

Je n ai pas envie de faire de pronostic. Juste que parfois de reprendre son traitement, ça permet de refaire surface en quelques mois. Et sans même avoir la forme, tu ressors de ta grotte.
Quand elle ira mieux, et elle ira mieux, tu en discuteras avec elle. Et là, plus de précautions à prendre, tu pourras exiger des réponses

Il y a longtemps qu elle va mal?


ça fait plusieurs années qu'elle passe par des phases de dépression.
Je n'ai pas connu les précédentes, mais elle ne me l'a jamais caché.
J'ai vu les premiers symptômes au début de l'été : se renfermer, avoir tendance à procrastiner, ne plus avoir envie de rien, ne plus être capable de passer le moindre coup de fil...
Mais je n'y connaissais rien à la dépression, alors j'ai pris ça à la légère et pensé que ça allait passer.

Peut-être qu'elle reprendra son traitement, mais encore faudrait-il qu'elle ose dire à son médecin qu'elle l'avait arrêté.
Ou peut-être qu'elle ne le reprendra pas... et alors là, ou puisez la force de rebondir ?

Je n'en suis plus à la question du "pourquoi ce silence ?". Elle me le dira d'elle-même si elle a en vie d'en parler... mais du "comment déclencher ce déclic qui lui fera sortir la tête de l'eau ?"
le 14 Septembre 2016 à 14:18
Tylas
Tylas
>> /

39 ans
1114 messages
Réponse à chloe777 qui a dit :
pas encore, mais j ai les chaussures aux pieds et le chapeau sur la tête. C est plus qu une question de quelques années

Ça perturbe, quand en plus, on partage ce même environnement.
Y a bien une sorte de contamination "dépressive", de la même maniere que quelqu un qui n est jamais content finit par porter sur ton moral.
On a entendu parler de ces vagues de suicides dans les entreprises mais ce qui est beaucoup plus courant, ce sont les vagues de démissions. Et toujours ces vagues sont précédées par un trop grand absentéisme.
L absentéisme, ça devrait normalement être un indicateur, un système d alarme.
Ça devrait...


Ben dans notre cas, mon collègue a été retrouvé mort sur son lit dans son appartement par les pompiers qui ont enfoncé la porte suite à des odeurs ...

Et je confirme, on en prend tous un coup, même si on ne l'appréciait pas vraiment avant le début de sa dépression.

Surtout quand on vous l'apprend par un simple coup de téléphone par la gendarmerie ...

Bref, on en a tous gardé une trace.
le 14 Septembre 2016 à 14:52
SimplySab
SimplySab
>> /

36 ans
1395 messages
Réponse à Tylas qui a dit :
Ben dans notre cas, mon collègue a été retrouvé mort sur son lit dans son appartement par les pompiers qui ont enfoncé la porte suite à des odeurs ...

Et je confirme, on en prend tous un coup, même si on ne l'appréciait pas vraiment avant le début de sa dépression.

Surtout quand on vous l'apprend par un simple coup de téléphone par la gendarmerie ...

Bref, on en a tous gardé une trace.


Ca va aider les dépressifs ton histoire

__________________________________
Un jour j'irai vivre en théorie,
parce qu' en théorie...
tout se passe bien.

le 14 Septembre 2016 à 15:21
Tylas
Tylas
>> /

39 ans
1114 messages
Réponse à SimplySab qui a dit :
Ca va aider les dépressifs ton histoire


Le titre est "la dépression", je fais malheureusement part de notre douloureuse expérience.
le 14 Septembre 2016 à 15:29
chloe777
chloe777
>> /

42 ans
41187 messages
Réponse à Tylas qui a dit :
Le titre est "la dépression", je fais malheureusement part de notre douloureuse expérience.


"même si on ne l'appréciait pas vraiment avant le début de sa dépression."
Tylas. t es horrible


Oui, malheureusement, c est une des conséquences de la dépression.

__________________________________
Training to be perfect. Thank you for your patience.

le 14 Septembre 2016 à 15:34
Ephemere....
Ephemere....
743 messages
Réponse à Tylas qui a dit :
Le titre est "la dépression", je fais malheureusement part de notre douloureuse expérience.


ça peut faire prendre conscience à l'entourage d'une personne dépressive que c'est une maladie très grave.
le 14 Septembre 2016 à 15:47
chloe777
chloe777
>> /

42 ans
41187 messages
Réponse à Ephemere.... qui a dit :
ça fait plusieurs années qu'elle passe par des phases de dépression.
Je n'ai pas connu les précédentes, mais elle ne me l'a jamais caché.
J'ai vu les premiers symptômes au début de l'été : se renfermer, avoir tendance à procrastiner, ne plus avoir envie de rien, ne plus être capable de passer le moindre coup de fil...
Mais je n'y connaissais rien à la dépression, alors j'ai pris ça à la légère et pensé que ça allait passer.

Peut-être qu'elle reprendra son traitement, mais encore faudrait-il qu'elle ose dire à son médecin qu'elle l'avait arrêté.
Ou peut-être qu'elle ne le reprendra pas... et alors là, ou puisez la force de rebondir ?

Je n'en suis plus à la question du "pourquoi ce silence ?". Elle me le dira d'elle-même si elle a en vie d'en parler... mais du "comment déclencher ce déclic qui lui fera sortir la tête de l'eau ?"


quand on a connu plusieurs épisodes, on finit par se connaître. Et savoir quoi faire.

C est juste qu on essaie toujours de se débrouiller seul d abord (et ça peut marcher) et puis aussi, à cause de la confusion, on ne se décide pas aussi vite, on doute, on hésite.
Mais au bout d un moment, on finit par se décider.

Un avis tout personnel. Je pense que le 1er épisode est plus dangereux que les autres. Aux suivants, on reconnait les symptômes et on se souvient comment on s en était sorti avant ( <---- la, faut remplacer les "on" par je, je ne suis pas sûre pour les autres mais il me semble que c est un ressenti partagé)
Par exemple, puisqu on parle de suicide. La majorité du temps, c était une envie de mourir passive, dormir et ne pas se réveiller. Mais j ai eu des périodes de pulsions très fortes, une envie obsedante de le faire.
Au départ, je pensais que j en avais vraiment envie mais ensuite , c était plutôt un critère de niveau, du genre "bon, maintenant, t arrêtes de faire ta mariole et t en parles au psy"
En fait, quand c était des pulsions, je me disais que si je le faisais, je regretterai après (je fais de mon mieux pour expliquer ). Quand c était passif, ça faisait vraie envie mais j avais pas envie de bouger.

Donc oui, y a risques suicidaires. Mais peut-être que vu le nombre de dépressifs, désespérés...y en a pas tant que ça.
Et 8 ans avec cette envie et je suis toujours là.

__________________________________
Training to be perfect. Thank you for your patience.

le 14 Septembre 2016 à 16:27
Ephemere....
Ephemere....
743 messages
Réponse à chloe777 qui a dit :
quand on a connu plusieurs épisodes, on finit par se connaître. Et savoir quoi faire.

C est juste qu on essaie toujours de se débrouiller seul d abord (et ça peut marcher) et puis aussi, à cause de la confusion, on ne se décide pas aussi vite, on doute, on hésite.
Mais au bout d un moment, on finit par se décider.

Un avis tout personnel. Je pense que le 1er épisode est plus dangereux que les autres. Aux suivants, on reconnait les symptômes et on se souvient comment on s en était sorti avant ( <---- la, faut remplacer les "on" par je, je ne suis pas sûre pour les autres mais il me semble que c est un ressenti partagé)
Par exemple, puisqu on parle de suicide. La majorité du temps, c était une envie de mourir passive, dormir et ne pas se réveiller. Mais j ai eu des périodes de pulsions très fortes, une envie obsedante de le faire.
Au départ, je pensais que j en avais vraiment envie mais ensuite , c était plutôt un critère de niveau, du genre "bon, maintenant, t arrêtes de faire ta mariole et t en parles au psy"
En fait, quand c était des pulsions, je me disais que si je le faisais, je regretterai après (je fais de mon mieux pour expliquer ). Quand c était passif, ça faisait vraie envie mais j avais pas envie de bouger.

Donc oui, y a risques suicidaires. Mais peut-être que vu le nombre de dépressifs, désespérés...y en a pas tant que ça.
Et 8 ans avec cette envie et je suis toujours là.



J'ai beaucoup aimé le "je me disais que si je le faisais, je regretterai après"
Ton témoignage est plutôt rassurant.

Quand on est amis, on peut gérer ces silences.
Pour la famille, ils ne vont pas cesser d'aimer leur proche dépressif.
Mais quand est il de l'amoureux ?
Comment lui faire accepter que sa chérie avec qui tout allait bien, avec qui il avait des projets...
ne lui donne plus signe de vie, du jour au lendemain ?
Comment peux il être sûr que ce n'est pas forcément parce-qu'elle ne l'aime plus ?
Et comment le faire patienter jusqu'à...on ne sait pas quand...

Je pourrais lui conseiller des livres, mais il n'aime pas lire
le 14 Septembre 2016 à 17:02
Tylas
Tylas
>> /

39 ans
1114 messages
J'y fais un peu le rapprochement avec la pub pour la sécurité routière du moment...
Nos actes ont des conséquences bien plus larges que ce qui pourrait arriver à notre propre personne ... Bien des gens en seront, ou en sont, impactés.


INSCRIPTION GRATUITE






Recevez nos bons plans partenaires