En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus... Fermer

L'odorat, un sens qui a son importance.... Quels sont vos gouts coté parfum ?? - Page 10

L'odorat, un sens qui a son importance.... Quels sont vos gouts coté parfum ?? - Page 10

Index du forum Salon de thé

5|6|7|8|9|10|11|12|13|14|

Auteur Message
le 29 Décembre 2007 à 00:51
justepourvoir
justepourvoir
4970 messages
Réponse à SHAINA33 qui a dit :
J adore la fleur d oranger,sa me transporte


Pareil, ça me rappelle quand j'étais petit, ma mère m'en faisait boire dans de l'eau ou du lait, je sais plus. J'aime bien le chèvrefeuille aussi.
le 29 Décembre 2007 à 00:53
shynleretour
shynleretour
2705 messages
Réponse à justepourvoir qui a dit :
Le patchouli, c'est le parfum des gitanes, moi, je trouve ça trop fort, trop animal.

C'est comme l'huile de Castor, mais c'est moins répandu, l'huile de Castor.


trop animal!!! ah lala... tu ne changes pas!

mamouth pendant que tu y'est!!

PS: dans le commerce le patchouli est fort est pu, celui que j'utilise ne se trouve pas partout mon cher, c'est une recette de fée!!

toi j'suis sûr que tu mets de l'huile de crocodile!!
le 29 Décembre 2007 à 00:55
SHAINA33
SHAINA33
20396 messages
Réponse à justepourvoir qui a dit :
Pareil, ça me rappelle quand j'étais petit, ma mère m'en faisait boire dans de l'eau ou du lait, je sais plus. J'aime bien le chèvrefeuille aussi.


ouepsssss le Chevrefeuille ,moi sa réveille en moi .peut pas l expliquer!!

Pas facile d exprimer ce que peut te faire vivre une odeur,une éffluves!!!!

Mais la fraicheur,la foret,les fougères enfin!!!!!!
Chevrefeuille!!

__________________________________

le 29 Décembre 2007 à 00:56
justepourvoir
justepourvoir
4970 messages
Réponse à shynleretour qui a dit :
trop animal!!! ah lala... tu ne changes pas!

mamouth pendant que tu y'est!!

PS: dans le commerce le patchouli est fort est pu, celui que j'utilise ne se trouve pas partout mon cher, c'est une recette de fée!!

toi j'suis sûr que tu mets de l'huile de crocodile!!


Moi, je sens le petit bébé qui vient de naître, c'est pour ça que j'attire les mamans.
le 29 Décembre 2007 à 01:09
ATENNIS
ATENNIS
>> /

72 ans
44634 messages
Réponse à justepourvoir qui a dit :
Moi, je sens le petit bébé qui vient de naître, c'est pour ça que j'attire les mamans.


avant ou apres le changement de couche ?

__________________________________
votez hijara7
elle le mérite

la preuve elle me supporte



le 29 Décembre 2007 à 01:10
shynleretour
shynleretour
2705 messages
Réponse à justepourvoir qui a dit :
Moi, je sens le petit bébé qui vient de naître, c'est pour ça que j'attire les mamans.


un petit bébé samouraï.... touchant ce que tu dis....

me donne envie de te
le 29 Décembre 2007 à 01:11
ATENNIS
ATENNIS
>> /

72 ans
44634 messages
Réponse à shynleretour qui a dit :
un petit bébé samouraï.... touchant ce que tu dis....

me donne envie de te


de te faire harakiri le bebe qui sent bon

__________________________________
votez hijara7
elle le mérite

la preuve elle me supporte



le 29 Décembre 2007 à 01:14
justepourvoir
justepourvoir
4970 messages
Réponse à ATENNIS qui a dit :
de te faire harakiri le bebe qui sent bon


On dit pas harakiri, on dit Sépuku Alain.
le 29 Décembre 2007 à 04:03
dean47.
dean47.
691 messages
pouaaaaaa sa puire

__________________________________
un monde sans la connerie sa serais un monde sans connaisance

le 29 Décembre 2007 à 09:19
chloe777
chloe777
>> /

42 ans
41118 messages
Réponse à justepourvoir qui a dit :
Pareil, ça me rappelle quand j'étais petit, ma mère m'en faisait boire dans de l'eau ou du lait, je sais plus. J'aime bien le chèvrefeuille aussi.


Ca me rappelle aussi mon enfance, la fleur d'oranger. Ma mère en mettait dans les gateaux

__________________________________
Training to be perfect. Thank you for your patience.

le 29 Décembre 2007 à 09:24
moa
moa
29818 messages
Réponse à chloe777 qui a dit :
Ca me rappelle aussi mon enfance, la fleur d'oranger. Ma mère en mettait dans les gateaux


et dans les crèpes , les gauffres !! hummm ! Le chèvre feuille , on prenait les fleurs et on aspirait la petite goutte de suc qui coulait dès qu'on tirait sur les pétales !

__________________________________
Appelez moi Elsa , tout simplement ..plus on pédale moins fort .. moins on avance plus vite ./

le 29 Décembre 2007 à 10:43
tempoflip
tempoflip
2395 messages

le thym, le romarin, la violette et l'odeur des sous-bois après une pluie d'été
le 29 Décembre 2007 à 10:52
ATENNIS
ATENNIS
>> /

72 ans
44634 messages
Réponse à tempoflip qui a dit :

le thym, le romarin, la violette et l'odeur des sous-bois après une pluie d'été


les champs d"epandage quels senteurs
quand on sait que de là viennent nos fleurs

__________________________________
votez hijara7
elle le mérite

la preuve elle me supporte



le 29 Décembre 2007 à 10:54
salutoutis2
salutoutis2
>> /

40 ans
18756 messages
coté parfum oula j en ai pas mal que j adore

mademoiselle de chanel
euphoria
promesse de cacharel
eau de cartier
cologne de mugler
lumiere nina ricci
jean pol gauthier 2 mixte
alors 2 nouveau que j ai senti et que je vais surement acheter diesel et ange et demon

__________________________________
espèce protégée, en voie de disparition

le 29 Décembre 2007 à 10:57
ATENNIS
ATENNIS
>> /

72 ans
44634 messages
Réponse à salutoutis2 qui a dit :
coté parfum oula j en ai pas mal que j adore

mademoiselle de chanel
euphoria
promesse de cacharel
eau de cartier
cologne de mugler
lumiere nina ricci
jean pol gauthier 2 mixte
alors 2 nouveau que j ai senti et que je vais surement acheter diesel et ange et demon


diesel deformation professionelle
marchande de caisses

__________________________________
votez hijara7
elle le mérite

la preuve elle me supporte



le 29 Décembre 2007 à 11:27
salutoutis2
salutoutis2
>> /

40 ans
18756 messages
Réponse à ATENNIS qui a dit :
diesel deformation professionelle
marchande de caisses


heuhh atenis non je vais pas remplir de flacon a la pompe

c est bien un parfum

__________________________________
espèce protégée, en voie de disparition

le 29 Décembre 2007 à 11:38
tempoflip
tempoflip
2395 messages
Réponse à ATENNIS qui a dit :
les champs d"epandage quels senteurs
quand on sait que de là viennent nos fleurs



les roses françaises viennent du Kenya où on détruit tout un écosystème pour le plaisir de quelques nantis !!!
le 29 Décembre 2007 à 11:45
moa
moa
29818 messages
Réponse à tempoflip qui a dit :

les roses françaises viennent du Kenya où on détruit tout un écosystème pour le plaisir de quelques nantis !!!


nantis ? pourquoi, offrir une rose à celle qu'on aime reste un joli geste , pas que les riches crois moi , si on va par là on n'achète plus rien , même si je comprends ta réaction .

__________________________________
Appelez moi Elsa , tout simplement ..plus on pédale moins fort .. moins on avance plus vite ./

le 29 Décembre 2007 à 11:53
moa
moa
29818 messages
Réponse à tempoflip qui a dit :

les roses françaises viennent du Kenya où on détruit tout un écosystème pour le plaisir de quelques nantis !!!


Une rose coupée sur les hauts plateaux des Andes en Equateur arrive à Rungis avec juste quelques heures de retard sur ses consoeurs françaises du Var » précise la jaquette du dvd. Telle est donc la réalité actuelle du marché des fleurs.

Jean-Michel Rodrigo, réalisateur de nombreux documentaires, propose ici un reportage sur « Le business des fleurs ». Il s’agit d’une façon différente d’illustrer les rapports économiques mondiaux actuels. Il est l’auteur également de « La guerre des cotons » qui se situe dans le même esprit que ce documentaire. Pour ceux qui sont intéressés par son travail, signalons d’ailleurs qu’on peut lire un commentaire de son documentaire sur le coton sur le site des Clionautes. (http://www.clionautes.org/spip.php ?article1466)



Jean-Michel Rodrigo nous invite donc à un passionnant voyage où, tout en apprenant beaucoup sur les fleurs, on en arrive aussi à une vision de la mondialisation. C’est donc une façon d’aborder ce thème dans les cours, autrement que par les mêmes sempiternels exemples des manuels. En effet, les fleurs sont cotées en bourse comme le café ! De la même façon, se développe une féroce concurrence entre les producteurs et, aujourd’hui, il n’y a plus de saison, ni de frontière. Parmi les continents ou pays producteurs, on retrouve Israël, l’Amérique du sud, l’Italie ou la Thaïlande et bien évidemment la Chine. Le documentaire explique que, pendant longtemps, la production hollandaise suffisait à l’Europe mais qu’ensuite les Pays-Bas ne sont plus arrivés à augmenter la production. Alors les Hollandais ont semé ailleurs, manière d’illustrer l’importance qu’a celui qui possède les capitaux. On a reconverti les anciennes haciendas coloniales pour produire des fleurs : aujourd’hui l‘Equateur réalise le quart de la production mondiale de roses ! Mais attention néanmoins à ne pas projeter de raisonnement trop hâtif sur ce marché de la fleur. En effet, la rose d’Equateur est chère et ce n’est donc pas son coût qui explique son succès. Le marché des fleurs devient donc permanent mais ce n’est pas tout : là, comme ailleurs, il existe des modes et des spécificités selon les acheteurs ! Les Japonais examinent même les feuilles des roses. On aboutit donc bien à une façon originale d’aborder un aspect du chapitre du cours sur la mondialisation : elle peut à la fois uniformiser et en même temps, elle nous fait mieux sentir les particularismes culturels. En effet, pour tous les pays la Saint Valentin est importante, mais à chaque pays, son moment fort, comme la fête des mères en Europe : 40 millions de roses passent alors en 10 jours par Quito.

On pourrait joindre utilement une carte du monde pour suivre le trajet des fleurs tout au long du dvd. Le documentaire évoque ensuite la question des flux et des transports. Tout d’abord en soulignant le poids du secteur illicite qui essaye de faire passer de la drogue dans les roses. Cela peut bloquer l’aéroport et on imagine les conséquences pour ce genre de produit périssable. Il faut aller toujours plus vite et, à Quito, il faut augmenter la rapidité des rotations alors que l’aéroport est très dangereux. Tout est fait en tout cas pour les fleurs, car le prochain aéroport se situera plus près des serres. On apprend enfin que la rose d’Equateur passe par la Hollande puis est livrée de nuit dans les magasins français.

La suite du reportage montre d’autres aspects de la mondialisation qui fait que parfois on peut tout à fait intervertir le discours qui est tenu ; en effet, il peut s’appliquer à la nourriture ou aux fleurs : pas de produit déformé, mais calibré, et si possible toute l’année, tout en sachant qu’il doit bien se conserver. De même si certains producteurs français misent sur la vente directe pour s’en sortir en France, on observe parfois des situations qui semblent plus absurdes : en effet, une fleur coupée en France peut passer par la Hollande qui est un des marchés de référence pour finalement être vendue en France ! Entre temps elle aura parcouru 3000 kilomètres et ce n’est pas sans conséquence pour l’environnement. On rencontre aussi des inventeurs qui croisent des fleurs qui existent déjà, mais il n’y a pas dans ce domaine de modification génétique.

Au total il s’agit donc d’un documentaire très intéressant qui aborde encore bien d’autres aspects, qui multiplie les éclairages et donne à réfléchir sur un produit sur lequel on ne se serait pas forcément interrogé. Il fournit un angle original pour traiter de la question de la mondialisation. On pourrait même l’utiliser pour vérifier que les points importants du chapitre ont été acquis puisqu’ils seraient retrouvés par les élèves tout au long de la projection du documentaire.

© Clionautes


__________________________________
Appelez moi Elsa , tout simplement ..plus on pédale moins fort .. moins on avance plus vite ./

le 29 Décembre 2007 à 15:47
tempoflip
tempoflip
2395 messages
Réponse à moa qui a dit :
Une rose coupée sur les hauts plateaux des Andes en Equateur arrive à Rungis avec juste quelques heures de retard sur ses consoeurs françaises du Var » précise la jaquette du dvd. Telle est donc la réalité actuelle du marché des fleurs.

Jean-Michel Rodrigo, réalisateur de nombreux documentaires, propose ici un reportage sur « Le business des fleurs ». Il s’agit d’une façon différente d’illustrer les rapports économiques mondiaux actuels. Il est l’auteur également de « La guerre des cotons » qui se situe dans le même esprit que ce documentaire. Pour ceux qui sont intéressés par son travail, signalons d’ailleurs qu’on peut lire un commentaire de son documentaire sur le coton sur le site des Clionautes. (http://www.clionautes.org/spip.php ?article1466)



Jean-Michel Rodrigo nous invite donc à un passionnant voyage où, tout en apprenant beaucoup sur les fleurs, on en arrive aussi à une vision de la mondialisation. C’est donc une façon d’aborder ce thème dans les cours, autrement que par les mêmes sempiternels exemples des manuels. En effet, les fleurs sont cotées en bourse comme le café ! De la même façon, se développe une féroce concurrence entre les producteurs et, aujourd’hui, il n’y a plus de saison, ni de frontière. Parmi les continents ou pays producteurs, on retrouve Israël, l’Amérique du sud, l’Italie ou la Thaïlande et bien évidemment la Chine. Le documentaire explique que, pendant longtemps, la production hollandaise suffisait à l’Europe mais qu’ensuite les Pays-Bas ne sont plus arrivés à augmenter la production. Alors les Hollandais ont semé ailleurs, manière d’illustrer l’importance qu’a celui qui possède les capitaux. On a reconverti les anciennes haciendas coloniales pour produire des fleurs : aujourd’hui l‘Equateur réalise le quart de la production mondiale de roses ! Mais attention néanmoins à ne pas projeter de raisonnement trop hâtif sur ce marché de la fleur. En effet, la rose d’Equateur est chère et ce n’est donc pas son coût qui explique son succès. Le marché des fleurs devient donc permanent mais ce n’est pas tout : là, comme ailleurs, il existe des modes et des spécificités selon les acheteurs ! Les Japonais examinent même les feuilles des roses. On aboutit donc bien à une façon originale d’aborder un aspect du chapitre du cours sur la mondialisation : elle peut à la fois uniformiser et en même temps, elle nous fait mieux sentir les particularismes culturels. En effet, pour tous les pays la Saint Valentin est importante, mais à chaque pays, son moment fort, comme la fête des mères en Europe : 40 millions de roses passent alors en 10 jours par Quito.

On pourrait joindre utilement une carte du monde pour suivre le trajet des fleurs tout au long du dvd. Le documentaire évoque ensuite la question des flux et des transports. Tout d’abord en soulignant le poids du secteur illicite qui essaye de faire passer de la drogue dans les roses. Cela peut bloquer l’aéroport et on imagine les conséquences pour ce genre de produit périssable. Il faut aller toujours plus vite et, à Quito, il faut augmenter la rapidité des rotations alors que l’aéroport est très dangereux. Tout est fait en tout cas pour les fleurs, car le prochain aéroport se situera plus près des serres. On apprend enfin que la rose d’Equateur passe par la Hollande puis est livrée de nuit dans les magasins français.

La suite du reportage montre d’autres aspects de la mondialisation qui fait que parfois on peut tout à fait intervertir le discours qui est tenu ; en effet, il peut s’appliquer à la nourriture ou aux fleurs : pas de produit déformé, mais calibré, et si possible toute l’année, tout en sachant qu’il doit bien se conserver. De même si certains producteurs français misent sur la vente directe pour s’en sortir en France, on observe parfois des situations qui semblent plus absurdes : en effet, une fleur coupée en France peut passer par la Hollande qui est un des marchés de référence pour finalement être vendue en France ! Entre temps elle aura parcouru 3000 kilomètres et ce n’est pas sans conséquence pour l’environnement. On rencontre aussi des inventeurs qui croisent des fleurs qui existent déjà, mais il n’y a pas dans ce domaine de modification génétique.

Au total il s’agit donc d’un documentaire très intéressant qui aborde encore bien d’autres aspects, qui multiplie les éclairages et donne à réfléchir sur un produit sur lequel on ne se serait pas forcément interrogé. Il fournit un angle original pour traiter de la question de la mondialisation. On pourrait même l’utiliser pour vérifier que les points importants du chapitre ont été acquis puisqu’ils seraient retrouvés par les élèves tout au long de la projection du documentaire.

© Clionautes





se voiler la face ! où est la place de l'homme dans cet immense merdier qu'est la mondialisation ?

en extrapolant, une rose pousse, un africain meurt de faim... ou du palu ou de la tuberculose et j'en passe.

Et tout le monde s'en fout !


INSCRIPTION GRATUITE






Recevez nos bons plans partenaires