En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus... Fermer

Vent frais au rayon littérature. - Page 1

Vent frais au rayon littérature. - Page 1

Index du forum Littérature et BD

Auteur Message
le 23 Février 2007 à 00:38
Adorion
Adorion
42 messages
enfin un vent frais souffle sur le rayon littérature.
Alors que les derniers mois laissaient à penser qu'un roman devait être triste pour être bon, deux surprises sont arrivées dans la vague de la rentrée littéraire de janvier-février.

La première, c'est "Le Magasin des Suicides" de Jean Teulé. oui le titre n'est pas très engageant mais pourtant... Imaginez une famille triste à mourir qui tient une petite boutique, celle qui ne vend que des articles permettant de mettre fin à ses jours (cordes de pendu, poisons, parpaings...). Jusque là tout va bien (ou presque). Sauf que le dernier né de la famille --quel désastre pour les affaires --est rempli de joie de vivre et fait fuir les clients... Mais que va-t-on faire de lui ???

la deuxième surprise (enfin j'espère, parce que je ne l'ai pas fini), c'est le livre de Laurent Bénégui "le jour où j'ai voté pour chirac". On revient 5 ans en arrière le jour du 2e tour des élections présidentielles, pour suivre la journée particulièrement mouvementée de Laurent Steinitz, écrivain, qui ce jour là a bien d'autres choses à faire que penser à aller voter... Lisez la 4e de couverture (ça doit bien se trouver quelque part sur internet) ça donne envie !

Enfin bref, voilà deux romans vraiment drôles à côté desquels vous ne pouvez passer !

d'autres livres à conseiller ? à vous !

Message édité 1 fois
(En dernier par salutoutis2 le 16 Mars 2008 à 18:57)

le 10 Mars 2007 à 20:47
chloe777
chloe777
>> /

42 ans
41094 messages
Je ne lis pratiquement que du vieux et du poussiéreux mais là tu m'as donné envie. Lundi, je file à la FNAC . J'espère qu'ils sont en poche!!

__________________________________
Training to be perfect. Thank you for your patience.

le 10 Mars 2007 à 21:01
spacemaker_fr...
spacemaker_fra
52 messages
Réponse à Adorion qui a dit :
enfin un vent frais souffle sur le rayon littérature.
Alors que les derniers mois laissaient à penser qu'un roman devait être triste pour être bon, deux surprises sont arrivées dans la vague de la rentrée littéraire de janvier-février.

La première, c'est "Le Magasin des Suicides" de Jean Teulé. oui le titre n'est pas très engageant mais pourtant... Imaginez une famille triste à mourir qui tient une petite boutique, celle qui ne vend que des articles permettant de mettre fin à ses jours (cordes de pendu, poisons, parpaings...). Jusque là tout va bien (ou presque). Sauf que le dernier né de la famille --quel désastre pour les affaires --est rempli de joie de vivre et fait fuir les clients... Mais que va-t-on faire de lui ???

la deuxième surprise (enfin j'espère, parce que je ne l'ai pas fini), c'est le livre de Laurent Bénégui "le jour où j'ai voté pour chirac". On revient 5 ans en arrière le jour du 2e tour des élections présidentielles, pour suivre la journée particulièrement mouvementée de Laurent Steinitz, écrivain, qui ce jour là a bien d'autres choses à faire que penser à aller voter... Lisez la 4e de couverture (ça doit bien se trouver quelque part sur internet) ça donne envie !

Enfin bref, voilà deux romans vraiment drôles à côté desquels vous ne pouvez passer !

d'autres livres à conseiller ? à vous !


Puisque que ton second livre traite des présidentielles, je suis tombé (sans me faire mal ) sur un livre de Bruno Fuligni intitulé "Votez Fou" qui n'a pas l'air mal. Son sous-titre eclaire un peu le contenu:
de 1848 à nos jours, les élus auxquels vous avez echappé.

Il a l'air plutot sympathique et sort de l'oubli des candidats proposant des idées revolutionnaires (et je pese mes mots!) comme la suppression des mois du decembre janvier et fevrier pour eviter l'hiver, la mise en commun des moyens de reproduction ou encore la séparation de montmartre et de l'etat.

Fred

__________________________________
"Les cons ça ose tout, c'est même à ça qu'on les reconnait"
Fernand Naudin

le 11 Mars 2007 à 13:52
Adorion
Adorion
42 messages
aaah ça a l'air excellent ça ! je vais me pencher dessus !

pour ce qui est des deux livres dont je parlais tout à l'heure, ils viennent juste de sortir en grand format donc pour le poche il faudra attendre un an.
J'ai fini le Bénégui il y a quelques jours et ça m'a vraiment emballé, en fait c'est une comédie romantique sur fond d'election présidentielle (quelle idée ), placée sous le signe de la loi de murphy (vous savez, la loi de l'emmerdement maximum qui veut que la tartine tombe toujours du côté du beurre...)

voilà pour les précisions
le 11 Mars 2007 à 14:08
aimela
aimela
6710 messages
Réponse à Adorion qui a dit :
aaah ça a l'air excellent ça ! je vais me pencher dessus !

pour ce qui est des deux livres dont je parlais tout à l'heure, ils viennent juste de sortir en grand format donc pour le poche il faudra attendre un an.
J'ai fini le Bénégui il y a quelques jours et ça m'a vraiment emballé, en fait c'est une comédie romantique sur fond d'election présidentielle (quelle idée ), placée sous le signe de la loi de murphy (vous savez, la loi de l'emmerdement maximum qui veut que la tartine tombe toujours du côté du beurre...)

voilà pour les précisions


merci de toutes tes précisions, je note les titres et j'irai voir si je peux les trouver. si tu as d'autres livres à nous faire connaître , je suis preneuse

__________________________________
l'éternel féminin rend l'homme semblableà un crétin ( Dali)

le 14 Mars 2007 à 22:15
cortescolon
cortescolon
444 messages
vent frais au rayon littérature, y'a toujours du vent au rayon littérature
enfin les romans sont un peu pris de cours par la rentabilité qu'exige une maison d'édition pour pouvoir survivre
j'y pense, j'ai appelé une maison d'éditions l'autres jours
-Bonjour
-Bonjour
-Je vous appelle parce que j'ai fait un petit recueil de poême. Je voulais savoir si ça pouvait être lu
-La poésie, je fais plus
-Il va y avoir un petit soucis alors
-oui
-et vous faites plus plus du tout
-non, ça ne marche plus, en plus ça fait 30 ans que je fais ce métier et les 3/4 des poêtes que j'ai édité étaient des autistes
-à ce point là!
-pour moi c'est fini la poésie, vous lisez quoi comme poêtes!
- eee Rimbault avec difficulté
-plus contemporain
-ee Prévert avec plaisir
-vous voyez, c'est bien ce que je vous disais
tuttuttuttut
le 14 Mars 2007 à 22:26
chloe777
chloe777
>> /

42 ans
41094 messages
Réponse à cortescolon qui a dit :
vent frais au rayon littérature, y'a toujours du vent au rayon littérature
enfin les romans sont un peu pris de cours par la rentabilité qu'exige une maison d'édition pour pouvoir survivre
j'y pense, j'ai appelé une maison d'éditions l'autres jours
-Bonjour
-Bonjour
-Je vous appelle parce que j'ai fait un petit recueil de poême. Je voulais savoir si ça pouvait être lu
-La poésie, je fais plus
-Il va y avoir un petit soucis alors
-oui
-et vous faites plus plus du tout
-non, ça ne marche plus, en plus ça fait 30 ans que je fais ce métier et les 3/4 des poêtes que j'ai édité étaient des autistes
-à ce point là!
-pour moi c'est fini la poésie, vous lisez quoi comme poêtes!
- eee Rimbault avec difficulté
-plus contemporain
-ee Prévert avec plaisir
-vous voyez, c'est bien ce que je vous disais
tuttuttuttut


__________________________________
Training to be perfect. Thank you for your patience.

le 14 Mars 2007 à 22:56
cortescolon
cortescolon
444 messages
ffffffffffffffff le vent
cccccccccccc la pluie
aaaaaaaaa la mer
ooooooooo le ciel
Dédé et ses éléments
Dédé dans son élément
grgrgrgrgrgr un nuage noir
yyyyyyyyyyy un ypopotamme
sssssssssss un vent de serpent
aaaaaaaaa un visage a découvert
à découvrir sur le sable blanc
Dédé et ses éléments
Dédé dans son élément
le 16 Mars 2007 à 00:07
Adorion
Adorion
42 messages
la poésie, il y'a plus de gens pour en écrire que de gens pour la lire.
Aujourd'hui la plupart des libraires s'en désintéressent complètement, et les éditeurs également, fatalement.
ne continuent de se vendre que les classiques. La poésie contemporaine est contrainte par les dilemmes qui tiraillent l'art contemporain : on ne sait plus où commence l'art, où s'arrête l'esbrouffe. Le public se désintéresse donc de ces oeuvres. ce sont des milieux fermés qui n'intéressent que ceux qui en font partie.
et c'est pas le printemps des poètes qui changera cet état de fait.

j'imagine l'air blasé des éditeurs qui reçoivent de la poésie : 99% de déclarations d'amour en vers, ça doit parfois les pousser à se demander pourquoi ils font ce métier. les pauvres. je vous en prie, pour la santé de nos éditeurs, ne leur envoyez pas vos poèmes. imprimez les chez vous et offrez les à votre famille !
et si vous êtes vraiment mauvais, à votre pire ennemi
le 16 Mars 2007 à 11:45
cortescolon
cortescolon
444 messages
Réponse à Adorion qui a dit :
la poésie, il y'a plus de gens pour en écrire que de gens pour la lire.
Aujourd'hui la plupart des libraires s'en désintéressent complètement, et les éditeurs également, fatalement.
ne continuent de se vendre que les classiques. La poésie contemporaine est contrainte par les dilemmes qui tiraillent l'art contemporain : on ne sait plus où commence l'art, où s'arrête l'esbrouffe. Le public se désintéresse donc de ces oeuvres. ce sont des milieux fermés qui n'intéressent que ceux qui en font partie.
et c'est pas le printemps des poètes qui changera cet état de fait.

j'imagine l'air blasé des éditeurs qui reçoivent de la poésie : 99% de déclarations d'amour en vers, ça doit parfois les pousser à se demander pourquoi ils font ce métier. les pauvres. je vous en prie, pour la santé de nos éditeurs, ne leur envoyez pas vos poèmes. imprimez les chez vous et offrez les à votre famille !
et si vous êtes vraiment mauvais, à votre pire ennemi


salut, t'as raison, le soucis c'est ça, la poésie est un monde particulier, on se dit tiens un pôète je ne peux pas rentrer dans son monde, c'est un poète, l'art aussi, comme si il fallait en faire parti pour y prendre part mais l'art fait parti de la vie comme la culture, l'artisanat, c'est la même chose, c'est juste la vie
mais c'est vrai que les éditeurs doivent être souvent frustrés, il faut publier des essais qui marcheront même si il y a quelques exceptions, et l'art reflète bien tout ça, il faut plaire
les maisons d'éditions sont des entreprises et elles sont minées par tous les problèmes économiques que peuvent connaitre une entreprise, le profit, ça doit faire mal au coeur mais c'est vital aujourd'hui
le 16 Mars 2007 à 12:15
cortescolon
cortescolon
444 messages
la roue du coeur écorche les pavés fraichement sablés
le rêve du coeur, le noeud du coeur
la lumière d'une solitude, les déploiements du coeur sur la ruelle effrontée
une folie, je suis fou et je n 'écoute pas mes cris du coeur toujours et encore en choeur
je suis en procès, les FARC sont prévenus, les prévenus débarquent, mais il n'y a que moi qui embarque, c'est moi qui suit sur le banc des accusés
je préfère regarder le monde, je préfère regarder ailleurs, c'est trop dur de se regarder en face, je suis lâche, le juge est prévenu
et la panique me prend alors je m'arrête, je me fixe sur les autres
moi je ne suis rien, c'est eux qui m'accusent
moi je ne fais rien, c'est eux qui m'abusent
moi je reste là, c'est eux qui s'amusent
et moi je pense à moi et je ne parle que d'eux
je suis dans l'égoisme, mon refuge de vie de déluge
une souche ou une bouche, je la vois sur le quai
la ruelle est loin, je prends le bâteau manouche et je vais loin
le tribunal m'a condamnée sur la Seine, une scène de théatre ou les oiseaux ne s'arrêtent pas
ils ont peur de la péniche et je vais loin, et j'ai peur comme tout le monde que le navire perde son chemin


le 16 Mars 2007 à 12:46
moa
moa
29818 messages
Réponse à cortescolon qui a dit :
la roue du coeur écorche les pavés fraichement sablés
le rêve du coeur, le noeud du coeur
la lumière d'une solitude, les déploiements du coeur sur la ruelle effrontée
une folie, je suis fou et je n 'écoute pas mes cris du coeur toujours et encore en choeur
je suis en procès, les FARC sont prévenus, les prévenus débarquent, mais il n'y a que moi qui embarque, c'est moi qui suit sur le banc des accusés
je préfère regarder le monde, je préfère regarder ailleurs, c'est trop dur de se regarder en face, je suis lâche, le juge est prévenu
et la panique me prend alors je m'arrête, je me fixe sur les autres
moi je ne suis rien, c'est eux qui m'accusent
moi je ne fais rien, c'est eux qui m'abusent
moi je reste là, c'est eux qui s'amusent
et moi je pense à moi et je ne parle que d'eux
je suis dans l'égoisme, mon refuge de vie de déluge
une souche ou une bouche, je la vois sur le quai
la ruelle est loin, je prends le bâteau manouche et je vais loin
le tribunal m'a condamnée sur la Seine, une scène de théatre ou les oiseaux ne s'arrêtent pas
ils ont peur de la péniche et je vais loin, et j'ai peur comme tout le monde que le navire perde son chemin




j'arrive à la maison pour lire ton nouveau poème .
C'est un moment particulier quand je vois que tu as posté sur le forum et j'ai toujours hâte de découvrir ton dernier né !
Celui là fait parti de ceux que je vais garder.
Bonne journée Aloxe Corton , et merci du partage .

__________________________________
Appelez moi Elsa , tout simplement ..plus on pédale moins fort .. moins on avance plus vite ./

le 16 Mars 2007 à 12:48
cortescolon
cortescolon
444 messages
Réponse à moa qui a dit :
j'arrive à la maison pour lire ton nouveau poème .
C'est un moment particulier quand je vois que tu as posté sur le forum et j'ai toujours hâte de découvrir ton dernier né !
Celui là fait parti de ceux que je vais garder.
Bonne journée Aloxe Corton , et merci du partage .


salut, c'est marrant, chaque fois que j'écris et que ça plait un peu j'ai envie de recopier ce que tu viens de lire, ce que je fais d'ailleurs
le 16 Mars 2007 à 13:05
moa
moa
29818 messages
Réponse à cortescolon qui a dit :
salut, c'est marrant, chaque fois que j'écris et que ça plait un peu j'ai envie de recopier ce que tu viens de lire, ce que je fais d'ailleurs


il faut le faire , tu sais le bonheur du crissement du crayon sur le papier , l'odeur du cahier que l'on ouvre !
Et plus tard quand quelqu'un découvre le cahier, l'écriture ..... passer un doigt sur la feuille et se dire que celui ou celle qui l'a écrit à été présent à cet endroit là, à ce moment là , c'est toujours pour moi un sentiment fort.

__________________________________
Appelez moi Elsa , tout simplement ..plus on pédale moins fort .. moins on avance plus vite ./

le 09 Avril 2007 à 14:20
cortescolon
cortescolon
444 messages
Bleu du ciel
bleu du ciel bleu hier
gris le temps gris de l'instant
le dehors, les états d'âmes du dehors
et nos pensées rivées sur l'extèrieur
quand notre intèrieur est noir
Noir obscure, Noir taciturne, Noir mercure
Mercure sur Terre
Vénus pleure le soir devant la Lune
et les petits anges nous emportent dans leur rêve
A fleur de peau sur Terre
la confiance va et revient
On bouche
on rebouche un trou
jusqu'à ne plus s'en apercevoir
Un miroir sur une jeune femme ensablée
On se noie quand on perd pied
et Mars est toujours aussi rouge
et les balançoires s'élancent encore grâce au poids des enfants joueurs
et le moucheron rêve toujours de guêpes, évitant toujours le moindre guêpier
et la génèse frénétique court sur la machine diabolique
et les cours d'eau des âmes perdues cherchent leurs estuaires
et le petit homme marche nu pied sur des sandales gigantesques
des chaussures de grand homme sur une fresque
et le vert s'octroie le désert, un désert d'arbres ou on respire l'air
un pont sur les mots de liaison à destination du DONC
sans oublier ORNICAR, omnibus, minibus et car du dimanche
Donc le bleu du ciel
le bleu du ciel hier
sera toujours là demain sur Terre
le 16 Juin 2007 à 20:17
Thugg
Thugg
1174 messages

Il y a longtemps de ça, j'avais flashé sur cette strophe de Swinburne, ramassée dans Martin Eden de Jack London... Je viens de retomber dessus.

From too much love of living,
From hope and fear set free,
We thank with brief thanksgiving
Whatever gods may be
That no life lives forever;
That dead men rise up never;
That even the weariest river
Winds somewhere safe to sea

Swinburne

__________________________________
... ¡¡ puɐlıxoɹd ǝʎq ǝʎq ˙˙˙ɹǝʌo ǝɯɐƃ


INSCRIPTION GRATUITE






Recevez nos bons plans partenaires