En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus... Fermer

Pour ou contre la légalisation des drogues douces !!! - Page 20

Pour ou contre la légalisation des drogues douces !!! - Page 20

Index du forum Salon de thé

15|16|17|18|19|20|21|

Auteur Message
le 26 Février 2013 à 13:21
narcisse97
narcisse97
831 messages
Réponse à redcarmin qui a dit :
"Aux USA, il était OBLIGATOIRE de le cultiver et tu payais avec des taxes et autres, c'était une monnaie."

Je n'ai pas fumé, je n'ai pas eu d'hallu...obligatoire est écrit en majuscules, et aucun argument ne suit.

Que vouliez vous dire donc ?


Donner une information historique ne fait en rien que j'y adhère et encore moins que je la trouve "légitime". Il faudrait cesser les amalgames./

Les mots sont porteurs d'idées ou d'informations, il faut commencer à apprendre à lire, c'est tout !
le 26 Février 2013 à 14:31
redcarmin
redcarmin
>> /

45 ans
9574 messages
Réponse à narcisse97 qui a dit :
Donner une information historique ne fait en rien que j'y adhère et encore moins que je la trouve "légitime". Il faudrait cesser les amalgames./

Les mots sont porteurs d'idées ou d'informations, il faut commencer à apprendre à lire, c'est tout !


Et bien je vous lis, je ne fais que ça.

Je ne vous ai pas compris et cela ne met pas je pense mes capacités de lecture en cause.

Vous avez expliqué, c'est ce qui me manquait...

Message édité 1 fois
(En dernier par redcarmin le 26 Février 2013 à 14:35)

__________________________________
ta salive sur

la Bouche

elle TE veut

la Muette

Amazone

elle TE veut

Dans son


CIRQUE

le 26 Février 2013 à 15:35
narcisse97
narcisse97
831 messages
Réponse à redcarmin qui a dit :
Et bien je vous lis, je ne fais que ça.

Je ne vous ai pas compris et cela ne met pas je pense mes capacités de lecture en cause.

Vous avez expliqué, c'est ce qui me manquait...


Pourquoi faire une explication de texte lorsque celui-ci est clair et sans équivoque ?

S'il t'était destiné, en l'occurrence en réponse à un message précis, c'est que je trouve que, à chaque fois ou presque, "les gens" font des raccourcis et font dire aux mots ce qu'ils ont envie qu'ils disent.

Lorsque je réponds en citant un message, je n'argumente pas nécessairement en mettant en avant MA position, mon idée, mais je propose des points de vue divergents afin de sortir de la pensée unique.

Si je donne ma vision du truc, je dis "Je", si je me place dans un groupe, j'utiliserai le "On ou le nous", voilà tout.
le 26 Février 2013 à 15:59
redcarmin
redcarmin
>> /

45 ans
9574 messages
Réponse à narcisse97 qui a dit :
Pourquoi faire une explication de texte lorsque celui-ci est clair et sans équivoque ?

S'il t'était destiné, en l'occurrence en réponse à un message précis, c'est que je trouve que, à chaque fois ou presque, "les gens" font des raccourcis et font dire aux mots ce qu'ils ont envie qu'ils disent.

Lorsque je réponds en citant un message, je n'argumente pas nécessairement en mettant en avant MA position, mon idée, mais je propose des points de vue divergents afin de sortir de la pensée unique.

Si je donne ma vision du truc, je dis "Je", si je me place dans un groupe, j'utiliserai le "On ou le nous", voilà tout.


En tt cas, le sujet fera toujours autant débat...

Ce qui m'étonne, médicalement parlant, c'est que certains médecins le prescrivent, alors que ce sont ces mêmes médecins qui doivent également prendre en charge des personnes qui sont addictes. Que ce soit à la fumette, l'alcool, ou autres...

Etrange serment d'hyprocrites ?

__________________________________
ta salive sur

la Bouche

elle TE veut

la Muette

Amazone

elle TE veut

Dans son


CIRQUE

le 27 Février 2013 à 08:37
narcisse97
narcisse97
831 messages
Réponse à redcarmin qui a dit :
En tt cas, le sujet fera toujours autant débat...

Ce qui m'étonne, médicalement parlant, c'est que certains médecins le prescrivent, alors que ce sont ces mêmes médecins qui doivent également prendre en charge des personnes qui sont addictes. Que ce soit à la fumette, l'alcool, ou autres...

Etrange serment d'hyprocrites ?



Et ?
le 27 Février 2013 à 11:00
Corto-Maltese...
Corto-Maltese-.-
395 messages
Liberté.

La liberté est l'état d'une personne ou d'un peuple qui ne subit pas de contraintes, de soumissions, de servitudes exercées par une autre personne, par un pouvoir tyrannique ou par une puissance étrangère. C'est aussi l'état d'une personne qui n'est ni prisonnière ni sous la dépendance de quelqu'un.

Il faut commencer par abroger la loi de 1970,qui est une loi autoritaire et qui va a l'encontre des libertés.

A partir de ce moment,je fais ce qu'il me plais et je suis toujours pour

__________________________________
< <La meilleure forteresse des tyrans c'est l'inertie des peuples > >

Machiavel

le 27 Février 2013 à 11:34
redcarmin
redcarmin
>> /

45 ans
9574 messages
Réponse à narcisse97 qui a dit :
Et ?


Sourires...

Et l'impression finalement que c'est le dragon - rouge - qui se mord la queue.

__________________________________
ta salive sur

la Bouche

elle TE veut

la Muette

Amazone

elle TE veut

Dans son


CIRQUE

le 27 Février 2013 à 11:37
redcarmin
redcarmin
>> /

45 ans
9574 messages
Réponse à Corto-Maltese-.- qui a dit :
Liberté.

La liberté est l'état d'une personne ou d'un peuple qui ne subit pas de contraintes, de soumissions, de servitudes exercées par une autre personne, par un pouvoir tyrannique ou par une puissance étrangère. C'est aussi l'état d'une personne qui n'est ni prisonnière ni sous la dépendance de quelqu'un.

Il faut commencer par abroger la loi de 1970,qui est une loi autoritaire et qui va a l'encontre des libertés.

A partir de ce moment,je fais ce qu'il me plais et je suis toujours pour


Et bien cette liberté me parait totalement utopique à notre époque.

Je pense que la vie impose à chacun différentes contraintes. Des choix permettent de les envoyer valser, d'autres sont + compliqués je pense.

Et à moins de vivre seul, sur une ile totalement déserte...sans contact d'autres individus....

Et encore...la survie serait liée aussi je crois à la nature environnante, la liberté ne serait pas totale donc.

Je ne connais pas cette loi de 1970, je file me renseigner.

Message édité 1 fois
(En dernier par redcarmin le 27 Février 2013 à 11:38)

__________________________________
ta salive sur

la Bouche

elle TE veut

la Muette

Amazone

elle TE veut

Dans son


CIRQUE

le 27 Février 2013 à 13:01
Corto-Maltese...
Corto-Maltese-.-
395 messages
Réponse à redcarmin qui a dit :
Et bien cette liberté me parait totalement utopique à notre époque.

Je pense que la vie impose à chacun différentes contraintes. Des choix permettent de les envoyer valser, d'autres sont + compliqués je pense.

Et à moins de vivre seul, sur une ile totalement déserte...sans contact d'autres individus....

Et encore...la survie serait liée aussi je crois à la nature environnante, la liberté ne serait pas totale donc.

Je ne connais pas cette loi de 1970, je file me renseigner.


J'appelle ça de la dictature,pour ce qui est du cannabis,ce sont les industriels Américains de la pâte a papier et des fibres synthétiques(Dupont de Nemours)qui ont fait pression sur le gouvernement Américain et les gouvernements Européen pour interdire la culture du cannabis qui aurai mis en péril leurs industrie, ça c'est la réalité.

La loi de 1970 considère l'usager de drogues comme un individu à la fois malade et délinquant. Délinquant puisqu'elle incrimine spécifiquement l'usage solitaire et prévoit une peine d'emprisonnement ferme. Malade puisqu'elle prévoit une exemption de poursuites pénales pour les toxicomanes usagers " simples " qui acceptent de se soumettre à une cure de désintoxication.

La loi de 1970 est une loi qui, en rupture avec les lois antérieures, vise les personnes plus que les produits. Elle confirme un principe de prohibition (elle interdit tout usage de stupéfiant, même privé) et d'abstinence, à laquelle les toxicomanes doivent être contraints, au besoin, par le biais de l'injonction thérapeutique. Son principe contribue à renforcer les attitudes discriminatoires entre des usagers dépendants de produits illicites et des usagers dépendants de drogues licites (alcool notamment). Surtout, la loi exige des médecins qu'ils agissent contre la volonté d'individus qui ne nuisent pourtant qu'à eux-mêmes.

De fait, la loi de 1970 est appliquée à des usagers de drogues, et, dans la majorité des cas, à des usagers de cannabis. Cette loi ne prévoit rien lorsque l'usage est associé au trafic. La circulaire du 17 septembre 1984 fut la première à distinguer usager-simple et usager-trafiquant, cette dernière catégorie étant reprise par la loi du 31 décembre 1987 û pour l'écarter de l'alternative sanitaire.

__________________________________
< <La meilleure forteresse des tyrans c'est l'inertie des peuples > >

Machiavel

le 27 Février 2013 à 13:22
Corto-Maltese...
Corto-Maltese-.-
395 messages
Aux États-Unis, durant les années 1920 et 1930, le cannabis envahit le marché noir, devenant très populaire. Face à ce succès grandissant, mais surtout dans un contexte d'échec de la politique de prohibition de l'alcool, le lobby puritain s'intéresse au cannabis et les autorités mettent en place des campagnes dites de sensibilisation avec des slogans tel que Marijuana is Devil sur fond de diable enflammé. La police des stupéfiants de La Nouvelle-Orléans impute aux consommateurs 60 % des crimes commis dans la ville. Il s'agit d'une véritable entreprise de propagande, qui trouvera des alliés dans le lobby de l'industrie du coton, dans celle de la chimie (dont les lobbys du nylon et du pétrole) et dans une partie de la presse, dont les patrons ont des intérêts forestiers important (entre autres le magnat de la presse William Randolph Hearst). Cette campagne appuiera son argumentation sur le racisme ambiant, en combinant le dégoût des « nègres », de leur musique (le blues et le jazz) et les ravages fantasmés du cannabis (folie meurtrière, dégénérescence, etc.)31. Les journaux reprennent et répandent l'idée que violence et cannabis sont liés, à travers le pays et, en 1937, une loi instaure la taxation de la production, du commerce ainsi que l’usage industriel et médical, c'est le Marihuana Tax Act.


Affiche diffusée par le Federal Bureau of Narcotics, à la fin des années 1930, et pendant les années 1940, époque de diabolisation du produit (la marihuana est un narcotique puissant qui pousse au meurtre, et conduit à la folie et à la mort).
L’accroissement dans le reste du monde de la production et du trafic de cannabis sont alors préoccupants et plusieurs gouvernements autres que celui des États-Unis s’inquiètent. Ainsi dès 1925, la convention internationale de Genève est acceptée par la plupart des pays du monde s’engageant à se battre contre le trafic de drogue. Parmi eux, la Turquie et l’Égypte veulent déjà inclure le cannabis dans la convention, avançant que sa consommation est à la base de la débilité humaine.
Concurrencé dans son usage textile par les fibres exotiques (jute, sisal, kenaf), et par les fibres synthétiques (nylon), concurrencé dans l'industrie papetière par le bois, le chanvre décline rapidement au cours de la première moitié du xxe siècle. En France, par exemple, 176 000 hectares sont emblavés en 1840. En 1939, la superficie cultivée n'est plus que de 3 400 hectares. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement américain relance la production de fibres de chanvre et réalise même un film de propagande intitulé Hemp for Victory (Le chanvre pour la Victoire). Lors du débarquement de Normandie, les Rangers commandés par le lieutenant-colonel James E. Rudder étaient équipés de grappins et de cordes de chanvre pour escalader les falaises de la pointe du Hoc. « Les cordes de chanvre alourdies par l'humidité se révélèrent inutilisables »32.
Bien qu’il ait probablement été utilisé comme drogue occasionnelle durant son histoire, c'est aux États-Unis, parmi la scène jazz des années 1950 qu’on le voit devenir populaire, avec la Beat generation. Suivra avec une forte augmentation de son utilisation pendant les années 1960. Harry Anslinger, instigateur du système fédéral de lutte contre la drogue fait surveiller et ficher de nombreux artistes susceptibles d'en consommer : Count Basie, Cab Calloway, Duke Ellington, les membres du NBC Orchestra, Dizzy Gillespie, Lionel Hampton, Thelonius Monk, Louis Armstrong, etc. En Europe de l'Ouest, l'explosion de la popularité du cannabis coïncide avec le mouvement hippie : la consommation de drogue devient alors synonyme de contestation de la société bourgeoise.

__________________________________
< <La meilleure forteresse des tyrans c'est l'inertie des peuples > >

Machiavel

le 27 Février 2013 à 13:28
Corto-Maltese...
Corto-Maltese-.-
395 messages
Il serai judicieux pour la sérénité du débat que les personnes qui sont contre fassent valoir leurs arguments.

__________________________________
< <La meilleure forteresse des tyrans c'est l'inertie des peuples > >

Machiavel

le 27 Février 2013 à 13:58
redcarmin
redcarmin
>> /

45 ans
9574 messages
Réponse à Corto-Maltese-.- qui a dit :
Aux États-Unis, durant les années 1920 et 1930, le cannabis envahit le marché noir, devenant très populaire. Face à ce succès grandissant, mais surtout dans un contexte d'échec de la politique de prohibition de l'alcool, le lobby puritain s'intéresse au cannabis et les autorités mettent en place des campagnes dites de sensibilisation avec des slogans tel que Marijuana is Devil sur fond de diable enflammé. La police des stupéfiants de La Nouvelle-Orléans impute aux consommateurs 60 % des crimes commis dans la ville. Il s'agit d'une véritable entreprise de propagande, qui trouvera des alliés dans le lobby de l'industrie du coton, dans celle de la chimie (dont les lobbys du nylon et du pétrole) et dans une partie de la presse, dont les patrons ont des intérêts forestiers important (entre autres le magnat de la presse William Randolph Hearst). Cette campagne appuiera son argumentation sur le racisme ambiant, en combinant le dégoût des « nègres », de leur musique (le blues et le jazz) et les ravages fantasmés du cannabis (folie meurtrière, dégénérescence, etc.)31. Les journaux reprennent et répandent l'idée que violence et cannabis sont liés, à travers le pays et, en 1937, une loi instaure la taxation de la production, du commerce ainsi que l’usage industriel et médical, c'est le Marihuana Tax Act.


Affiche diffusée par le Federal Bureau of Narcotics, à la fin des années 1930, et pendant les années 1940, époque de diabolisation du produit (la marihuana est un narcotique puissant qui pousse au meurtre, et conduit à la folie et à la mort).
L’accroissement dans le reste du monde de la production et du trafic de cannabis sont alors préoccupants et plusieurs gouvernements autres que celui des États-Unis s’inquiètent. Ainsi dès 1925, la convention internationale de Genève est acceptée par la plupart des pays du monde s’engageant à se battre contre le trafic de drogue. Parmi eux, la Turquie et l’Égypte veulent déjà inclure le cannabis dans la convention, avançant que sa consommation est à la base de la débilité humaine.
Concurrencé dans son usage textile par les fibres exotiques (jute, sisal, kenaf), et par les fibres synthétiques (nylon), concurrencé dans l'industrie papetière par le bois, le chanvre décline rapidement au cours de la première moitié du xxe siècle. En France, par exemple, 176 000 hectares sont emblavés en 1840. En 1939, la superficie cultivée n'est plus que de 3 400 hectares. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement américain relance la production de fibres de chanvre et réalise même un film de propagande intitulé Hemp for Victory (Le chanvre pour la Victoire). Lors du débarquement de Normandie, les Rangers commandés par le lieutenant-colonel James E. Rudder étaient équipés de grappins et de cordes de chanvre pour escalader les falaises de la pointe du Hoc. « Les cordes de chanvre alourdies par l'humidité se révélèrent inutilisables »32.
Bien qu’il ait probablement été utilisé comme drogue occasionnelle durant son histoire, c'est aux États-Unis, parmi la scène jazz des années 1950 qu’on le voit devenir populaire, avec la Beat generation. Suivra avec une forte augmentation de son utilisation pendant les années 1960. Harry Anslinger, instigateur du système fédéral de lutte contre la drogue fait surveiller et ficher de nombreux artistes susceptibles d'en consommer : Count Basie, Cab Calloway, Duke Ellington, les membres du NBC Orchestra, Dizzy Gillespie, Lionel Hampton, Thelonius Monk, Louis Armstrong, etc. En Europe de l'Ouest, l'explosion de la popularité du cannabis coïncide avec le mouvement hippie : la consommation de drogue devient alors synonyme de contestation de la société bourgeoise.


La consommation de drogue n'est pas restée longtemps synonyme de contestation de la bourgeoisie en tt cas.

Je ne parle pas de la beuh mais de la blanche, par exemple.

__________________________________
ta salive sur

la Bouche

elle TE veut

la Muette

Amazone

elle TE veut

Dans son


CIRQUE

le 27 Février 2013 à 16:51
narcisse97
narcisse97
831 messages
Réponse à Corto-Maltese-.- qui a dit :
Aux États-Unis, durant les années 1920 et 1930, le cannabis envahit le marché noir, devenant très populaire. Face à ce succès grandissant, mais surtout dans un contexte d'échec de la politique de prohibition de l'alcool, le lobby puritain s'intéresse au cannabis et les autorités mettent en place des campagnes dites de sensibilisation avec des slogans tel que Marijuana is Devil sur fond de diable enflammé. La police des stupéfiants de La Nouvelle-Orléans impute aux consommateurs 60 % des crimes commis dans la ville. Il s'agit d'une véritable entreprise de propagande, qui trouvera des alliés dans le lobby de l'industrie du coton, dans celle de la chimie (dont les lobbys du nylon et du pétrole) et dans une partie de la presse, dont les patrons ont des intérêts forestiers important (entre autres le magnat de la presse William Randolph Hearst). Cette campagne appuiera son argumentation sur le racisme ambiant, en combinant le dégoût des « nègres », de leur musique (le blues et le jazz) et les ravages fantasmés du cannabis (folie meurtrière, dégénérescence, etc.)31. Les journaux reprennent et répandent l'idée que violence et cannabis sont liés, à travers le pays et, en 1937, une loi instaure la taxation de la production, du commerce ainsi que l’usage industriel et médical, c'est le Marihuana Tax Act.


Affiche diffusée par le Federal Bureau of Narcotics, à la fin des années 1930, et pendant les années 1940, époque de diabolisation du produit (la marihuana est un narcotique puissant qui pousse au meurtre, et conduit à la folie et à la mort).
L’accroissement dans le reste du monde de la production et du trafic de cannabis sont alors préoccupants et plusieurs gouvernements autres que celui des États-Unis s’inquiètent. Ainsi dès 1925, la convention internationale de Genève est acceptée par la plupart des pays du monde s’engageant à se battre contre le trafic de drogue. Parmi eux, la Turquie et l’Égypte veulent déjà inclure le cannabis dans la convention, avançant que sa consommation est à la base de la débilité humaine.
Concurrencé dans son usage textile par les fibres exotiques (jute, sisal, kenaf), et par les fibres synthétiques (nylon), concurrencé dans l'industrie papetière par le bois, le chanvre décline rapidement au cours de la première moitié du xxe siècle. En France, par exemple, 176 000 hectares sont emblavés en 1840. En 1939, la superficie cultivée n'est plus que de 3 400 hectares. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement américain relance la production de fibres de chanvre et réalise même un film de propagande intitulé Hemp for Victory (Le chanvre pour la Victoire). Lors du débarquement de Normandie, les Rangers commandés par le lieutenant-colonel James E. Rudder étaient équipés de grappins et de cordes de chanvre pour escalader les falaises de la pointe du Hoc. « Les cordes de chanvre alourdies par l'humidité se révélèrent inutilisables »32.
Bien qu’il ait probablement été utilisé comme drogue occasionnelle durant son histoire, c'est aux États-Unis, parmi la scène jazz des années 1950 qu’on le voit devenir populaire, avec la Beat generation. Suivra avec une forte augmentation de son utilisation pendant les années 1960. Harry Anslinger, instigateur du système fédéral de lutte contre la drogue fait surveiller et ficher de nombreux artistes susceptibles d'en consommer : Count Basie, Cab Calloway, Duke Ellington, les membres du NBC Orchestra, Dizzy Gillespie, Lionel Hampton, Thelonius Monk, Louis Armstrong, etc. En Europe de l'Ouest, l'explosion de la popularité du cannabis coïncide avec le mouvement hippie : la consommation de drogue devient alors synonyme de contestation de la société bourgeoise.


Chapeau bas, Monsieur !

Si l'homme a deux oreilles et une bouche, c'est pour écouter deux fois plus qu'il ne parle > > Confucius

J'adhère et je salue publiquement Corto, respects.
le 27 Février 2013 à 19:05
Corto-Maltese...
Corto-Maltese-.-
395 messages
Réponse à narcisse97 qui a dit :
Chapeau bas, Monsieur !

Si l'homme a deux oreilles et une bouche, c'est pour écouter deux fois plus qu'il ne parle > > Confucius

J'adhère et je salue publiquement Corto, respects.


Merci mon bon narcisse

Tu sais,je n'ai guère de mérite,j'ai fais des recherches sur le net,c'est quand même un sujet que je connais assez bien,ce qui m'évite de dire des âneries entendues dans les médias.

__________________________________
< <La meilleure forteresse des tyrans c'est l'inertie des peuples > >

Machiavel

le 27 Février 2013 à 21:04
LA_BAROUDEUSE...
LA_BAROUDEUSE.
>>

46 ans
20756 messages
Réponse à Corto-Maltese-.- qui a dit :
Il serai judicieux pour la sérénité du débat que les personnes qui sont contre fassent valoir leurs arguments.


Chuis pour ... comment j'fais mon Corto ? je sais je ne suis pas sereine ... ni judicieuse ...

__________________________________
" Le baiser est la plus sûre façon de se taire en disant tout " ....

Maupassant ....

le 28 Février 2013 à 00:11
balkanicus
balkanicus
16774 messages
Réponse à Corto-Maltese-.- qui a dit :
Il serai judicieux pour la sérénité du débat que les personnes qui sont contre fassent valoir leurs arguments.


Contre
Les effets des drogues douces sont néfaste à la longue sur le cerveau, ce qui me semble suffisant pour être contre ça légalisation, mais je suis pour la dépénalisation....

__________________________________
le vrai bonheur est si simple que l'on ne le discerne que rarement





le 28 Février 2013 à 00:45
AcomA
AcomA
3561 messages
Fumer du cannabis régulièrement à l'adolescence peut provoquer une baisse des capacités intellectuelles à l'âge adulte, montre une étude publiée lundi 27 août par une revue scientifique américaine. La recherche effectuée sur mille Néo-Zélandais de Dunedin, prenant en compte une période de vingt-cinq ans, a permis de comparer leur quotient intellectuel (QI) à 13 ans puis à 38 ans, les uns étant des consommateurs réguliers de cannabis, y compris après 20 ans ou 30 ans, les autres pas.

Au bout de la période, un écart de huit points s'est creusé entre les fumeurs et les non-fumeurs, affirme Madeline H. Meier, psychologue à l'université Duke, en Caroline du Nord, et autrice principale de cette étude menée en collaboration avec le King's College, à Londres, et publiée dans Proceedings of the National Academy of Sciences of the United Statesof America, les Actes de l'Académie américaine des sciences."LE QI EST CENSÉ ÊTRE STABLE"Or, "le QI est censé être stable" à mesure que l'on vieillit, dit-elle. Le QI des personnes n'ayant jamais fumé de cannabis a légèrement progressé, de quelques dixièmes de point. "On sait que le QI est un élément fort déterminant pour l'accès à l'université, pour le revenu gagné tout au long de la vie, pour l'accès à l'emploi, et la performance au travail", poursuit la chercheuse."Quelqu'un qui perd huit points de QI durant son adolescence et à la vingtaine peut se retrouver désavantagé par rapport à ses pairs du même âge pour de nombreux aspects majeurs de la vie", et ce pendant de longues années, conclut-elle, soulignant que cette importante différence ne serait pas due à d'autres facteurs (éducation, alcool, autres drogues, etc.).Les consommateurs de marijuana ont aussi montré de plus faibles capacités de mémoire, de concentration et de vivacité d'esprit, selon l'étude. Ceux qui avait ralenti leur consommation l'année d'avant leurs 38 ans, moment du second test, n'ont pas pour autant obtenu de meilleurs résultats.


Après, pour boire du Coca en mangeant un Mac Do en regardant Tf1, on a meme plus besoin de ça. ..

__________________________________

ni dieu, ni maître

le 28 Février 2013 à 07:45
narcisse97
narcisse97
831 messages
Réponse à balkanicus qui a dit :
Contre
Les effets des drogues douces sont néfaste à la longue sur le cerveau, ce qui me semble suffisant pour être contre ça légalisation, mais je suis pour la dépénalisation....


FAUX, propagande organisée ! (là c'est mon avis)

C'est un mythe, un mythe qui est de plus en plus relayé par les médias qui appartiennent aux lobbies.

Dans le science et vie de février 2013, un réquisitoire à charge contre le cannabis intitulé : "cannabis, des ados marqués à vie" est un tissu de contre vérités. De tels articles fleurissent en nombre impressionnant. MANIPULATION DES MASSES !!!

Les cellules souches, contrairement à un autre mythe se reproduisent à vie, y compris les cellules nerveuses et neuronales.

La soit disant dégénérescence des neurones c'est du pipeau. (voir le scandale du siècle du docteur André Gernez, documentaire que tu trouveras sur la toile, ça dure 4 heures et t'en prends plein la gueule, tous dogmes biologico-médicaux y sont mis en pièces...).

Donc, quand bien même, et c'est prouvé, le cannabis a un impact sur le cerveau et sa constitution, on sait que les neurones sont capables de se régénérer et, à l'image d'un organe en cicatrisation, la réparation est rapide et sûre !

Je suggère que l'on en reparle après visionnage dudit documentaire et, je suppose que je peux compter sur Corto et d'autres pour amener encore de l'eau au moulin pour balayer ce mythe qui fait que par ignorance, notre jugement est altéré et a tendance à se ranger aux dires de la pensée unique imposée par de nombreux moyens par le diktat de notre oligarchie d'incapables.

Telle est ma position sur le sujet et à ce niveau de débat.
le 28 Février 2013 à 09:30
narcisse97
narcisse97
831 messages
Réponse à redcarmin qui a dit :
Well well well, est ce parce que la culture du chanvre était obligatoire à une certaine époque à certains endroits que ça en fait qque chose de légitime ?

Faut vraiiment avoir trop fumé pour penser que tout ce qui est obligatoire est forcément acceptable !

Sourires...

Pour le reste, je pense qu'une drogue ne peut absolument pas être douce...cherchez le paradoxe !

Les médocs distribués à grande échelle par des médecins non scrupuleux ne valent guère mieux je pense, quand le traitement est ainsi prescrit à l'aveugle, ce qui est souvent le cas.

Peut être aussi parce que les français ont "besoin" de sortir d'un cabinet de médecin avec une ordonnance, ce n'est pas nouveau...

Pour avoir été sous morphine (pompe auto gérée) il y a 20 ans je sais que la douleur est une notion très personnelle, propre à chacun.

Je sais aussi pourquoi j'ai demandé à ce qu'on me l'enlève après seulement une journée.

Et ce n'est pas par hasard si today je m'intéresse à des méthodes alternatives, et sérieuses, (hypnose, acupuncture etc...) car ce n'est pas incompatible.



Désolé de revenir à la charge mais pour mettre en évidence à quel point les mots sont puissants et dangereux et à quel point leur interprétation est personnelle et pernicieuse, j'apporte les définitions du mot légitime :

légitime, adjectif
Sens 1 Reconnu par la loi. Anglais legitimate
Sens 2 Conforme à la loi. Synonyme légal
Sens 3 Justifié. Synonyme juste

Légitime : 9 synonymes.
Synonymes femme, juste, justifié, LEGAL, LICITE, motivé, normal, PERMIS, régulière.

Donc un beau double tranchant, non ?

le 28 Février 2013 à 10:18
redcarmin
redcarmin
>> /

45 ans
9574 messages
Réponse à narcisse97 qui a dit :
Désolé de revenir à la charge mais pour mettre en évidence à quel point les mots sont puissants et dangereux et à quel point leur interprétation est personnelle et pernicieuse, j'apporte les définitions du mot légitime :

légitime, adjectif
Sens 1 Reconnu par la loi. Anglais legitimate
Sens 2 Conforme à la loi. Synonyme légal
Sens 3 Justifié. Synonyme juste

Légitime : 9 synonymes.
Synonymes femme, juste, justifié, LEGAL, LICITE, motivé, normal, PERMIS, régulière.

Donc un beau double tranchant, non ?



Hello, mais aucun double tranchant pour moi, et ça porte bien la signification que je voulais lui donner dans ma question.

Par contre...j'ignorais que "femme" signifiait légitime... quelle source please ?

Merci, et bon début de journée.

Message édité 1 fois
(En dernier par redcarmin le 28 Février 2013 à 10:18)

__________________________________
ta salive sur

la Bouche

elle TE veut

la Muette

Amazone

elle TE veut

Dans son


CIRQUE


INSCRIPTION GRATUITE






Recevez nos bons plans partenaires