En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus... Fermer

Amoureux de l'écriture - Page 11

Amoureux de l'écriture - Page 11

Index du forum Littérature et BD

6|7|8|9|10|11|12|13|14|15|16|

Auteur Message
le 27 Décembre 2007 à 13:26
PuceLove
PuceLove
170 messages
Devant...
Devant, s'ouvre une route nouvelle,
Devant, se trouve un autre chemin,
Devant, je peux porter mon regard,
Devant, existe l'espoir incertain
De ce qui peut recommencer autrement.
Derrière, c'était hier,
Derrière, c'est une partie de moi-même,
Derrière, je ne peux oublier.
Mais derrière, c'est le passé
Que je ne peux recommencer.

Devant, puis-je continuer la route ?
Devant, puis-je tourner les yeux ?
Devant, puis-je poser un pas après l'autre ?
Devant, puis-je regarder une nouvelle vie
Que je peux saisir et dont je connais si peu ?

Devant, c'est l'inconnu,
Devant, je ne vois pas très loin,
Devant, cela me fait un peu peur,
Devant, je ne sais qui va prendre ma main
Alors qu'aujourd'hui, c'est moi en partie qui décide.

Aujourd'hui est entre hier et demain,
Aujourd'hui contient encore des repères connus,
Aujourd'hui, je sais à peu près qui je suis,
Aujourd'hui, je semble maître de moi,
Alors que demain, je risque de devenir un autre.

Ai-je envie d'avancer sans tout comprendre ?
Ai-je envie de continuer malgré les risques ?
Ai-je envie d'habiter la confiance ?
Ai-je envie qu'un autre me tienne la main
Car à mon tour, je devrai tenir la sienne ?

Devant, c'est prendre un grand risque
Aussi bien pour moi que pour l'autre.
Devant, c'est renoncer à une partie de moi-même
Que l'autre acceptera pour se changer lui aussi.
Devant, sous une banale apparence, c'est la folie de l'amour...

Elisabeth Lafont, octobre 2005

le 27 Décembre 2007 à 14:04
PuceLove
PuceLove
170 messages
Recommence
Si tu es las et que la route te paraît longue
Si tu t'aperçois que tu t'es trompé de chemin
Ne te laisse pas couler au fil des jours et du temps
RECOMMENCE
Si ta vie te semble trop absurde
Si tu es déçu par trop de choses et trop de gens
Ne cherche pas à comprendre pourquoi,
RECOMMENCE

Si tu as essayé d'aimer et d'être utile
Si tu as connu ta pauvreté et tes limites
Ne laisse pas là une tâche à moitié faite
RECOMMENCE

Si les autres te regardent avec reproche
S'ils sont déçus par toi, irrités
Ne te révolte pas, ne leur demande rien
RECOMMENCE

Car l'arbre rebourgeonne en oubliant l'hiver
car le rameau fleurit sans demander pourquoi
car l'oiseau fait son nid sans songer à l'automne
car la vie est espoir et recommencement.

Anonyme
le 27 Décembre 2007 à 15:02
PuceLove
PuceLove
170 messages
Adieu chagrin,
Tu n'étais qu'un refrain
Qui venait sans cesse
Me tourmenter comme une peste
Bonjour à toi,
Oh, douce vie,
Tu deviens ma joie,
De toi, j'ai envie

De vivre en harmonie
En acceptant
Tout de toi,
Dans la joie
Aussi longtemps
Que l'infini

Adieu chagrin,
Tu es parti un matin
Vers l'inconnu
Merci à toi, oh, douce vie
Jusqu'ici, jamais connue.
Tu es si magique...

Jenny Marty, 3 avril 1999
le 27 Décembre 2007 à 15:09
PuceLove
PuceLove
170 messages
Amour, qui es-tu ?
Amour, douce relation que l’on partage à deux,
Tendre moment qui se renouvelle chaque instant,
Amour, tu perdures au delà du temps,
Amour, on te lit dans les yeux.
Amour, tu nous parles avec adresse.
Des doux mots tu nous murmures
Pour nous rendre la vie moins dure
Amour, tu rimes avec tendresse .

Tu nous apportes le bonheur.
Avec toi, on supporte tous les tourments.
De la vie tu es le principal élément.
Avec toi, on oublie tous nos malheurs !

Moments partagés, moments magiques,
Tu nous apportes un peu de ta chaleur.
Tu es un petit feu qui brûle en nous avec ardeur.
Sans toi, la vie deviendrait tragique.

Nathalie L.

le 27 Décembre 2007 à 15:10
PuceLove
PuceLove
170 messages
Retrouver la lumière
Où est la lumière ? demandai-je à mon coeur
Elle est là où tu la crées
Là où tu la fais briller
Dans le soleil d’un sourire
Tans la tendresse à venir
Dans la foi en l’avenir
Dans la main qui te serre
Là se trouve la lumière
Et pourquoi vient la peine ? lui demandai-je encore
La peine c’est la mort
De tes souhaits et de tes espoirs
Elle vient quand tu ne crois plus à l’aurore
Elle t’apporte le désespoir
C’est quand ta foi s’enfuit
Et que tes jours sont nuits
Quand tu hurles en solitaire
Et que tu as perdu la main qui te serre
Si tu ne crois plus en la lumière
Et qu’être aimé te semble une chimère
Si tu es seul sur la terre
Désolé et errant
le coeur en bandoulière
Estimé mais incompris
Entouré, isolé pourtant

Comment retrouver la joie ? lui demandai-je enfin,
Tu la retrouveras
Lorsque tu auras traversé la nuit
Lorsque tu auras longtemps cherché
Que tu auras enfin compris
Quel est le sens de ta vie
Quand tu n’auras plus peur
De retrouver le bonheur
Quand tu auras la foi
Que tu croiras en toi
Tu retrouveras la main qui te serre
La lumière te reviendra.

Delphine

le 27 Décembre 2007 à 15:13
PuceLove
PuceLove
170 messages
Usure de l'amour

Notre amour s’est usé
Dans la grisaille du temps.
Poussé par les rafales,
Il n’a pu résister
Sans la moindre lumière
Au centre de ta nuit.
Brisé de toutes parts
Par la violence des mots,
Les douleurs incessantes
De ce mal qui te ronge,
Et puis qui m’éclabousse,
Me brûle et m’assassine,

Il n’en reste plus rien
Qu’une infime poussière,
Nichée au creux du ventre…
Impalpable, invisible,
Déjà presque indolore,
Elle se meurt doucement.

Aveuglé de souffrance,
Tu n’as pas vu ma main
Qui se tendait vers toi,
Hors des sables mouvants
Où ton poison t’entraîne
Indubitablement.

Moi qui t’aimais si fort,
Je fus ton ennemie,
Celle qui veut t’arracher
Des bras de ton amante,
Ces bras qui t’ensorcèlent,
Te lient plus qu’une femme.

Je me suis évadée,
J’ai rampé jusqu’au bout
De ce tunnel immonde.
Une petite étincelle
M’a fait lever les yeux,
Et j’ai pris mon envol.

Le calme est revenu
Au fin fond de mon cœur.
J’ai oublié le temps
Où je hurlais de peur.
Notre amour s’est usé,
Un autre amour est né…

Il a pansé mes plaies,
Comme un tapis de fleurs
Sur lequel je m’étends.
Mille nuits de douceur,
Mille jours de bonheur,
Jusqu’à l’Eternité…

le 28 Décembre 2007 à 09:21
aimela
aimela
6710 messages
Tous tes poèmes sont très beaux , tu devrais les faire éditer

__________________________________
l'éternel féminin rend l'homme semblableà un crétin ( Dali)

le 25 Janvier 2008 à 14:27
-Niout-
-Niout-
>> /

46 ans
14977 messages
Dieu, pourquoi, oui pourquoi ? De me faire ainsi aimer une femme à en crever
Qu’il m’est dur de mes envies les refreiner, j’ai pourtant d’amour a lui donner
Il déborde tant, que par des mots, je ne peux que lui exprimer, et lui prouver
Est il pire cauchemar que de ne pouvoir la toucher, ou simplement l’embrasser
Dur, oui mon dieu, d’aimer d’un amour platonique, et de ne pouvoir, etre frustrer
D’avoir cette envie de l’aimer, de la rencontrer, simplement son regard admirer
Aimer, c’est avant tout dans le cœur et l’âme, que ce verbe, on va le conjuguer

Et d’elle vouloir, sentir son parfum, sa peau toucher, et sa douceur caresser
De ses lèvres, vouloir m’abreuver d’un baiser, et de ses bras désirer l’enlacer
Son corps, vouloir en sentir la chaleur, et de sa tendresse vouloir la choyer
Amour, pourquoi ? Oui pourquoi de moi n’est tu pas proche, de moi si éloignée ?
Etre romantique, je t’imagine, ce que tu fais, mais de toi je ne peux que rêver
Eloigné, un amour peut il durer ? Nos âmes, nos corps, vont-ils pouvoir supporter

Quand le corps crie son envie, son désir d’aimer, en arriver à être tourmenté
Son désir peut on longtemps le contenir ? Quand souffrance rime avec aimer ?
Corps qui brûle d’amour, que même par des mots on ne peut plus l’exprimer ?
On s’aime comme par procuration, mais n’as-tu pas peur un jour de t’en lasser ?
Veut on tester notre amour ? Pour ainsi nos âmes nos corps ainsi les torturer
Câliner ce corps, dieu oui, que je veux, pour ne faire qu’un et pour fusionner….

__________________________________
Le doute est l'aphrodisiaque de l'intelligence et le poison du cœur

le 25 Janvier 2008 à 14:29
-Niout-
-Niout-
>> /

46 ans
14977 messages
Seul un enfant peut ce merveilleux sentiment le ressentir et l’exprimer
L’amour est pour lui pure beauté, le voir dans ses beaux yeux émerveillés
Amour sans retenues, que seul un enfant peut concevoir, et vous donnez
D’entendre un enfant vous dire « je t’aime » j’en suis toujours retourné
Un enfant avec ses mots simples, ne ment jamais, il sait ce qu’est aimer
Enfant, toi qui a cette tendre faculté, de ton bel amour ne pas le cacher
Est il plus beau tableau que deux enfants main dans la main se promener
Pur instant de bonheur, leurs gestes tendres, tous deux très attentionnés
Et dans leurs regards pétillants, le vrai amour de briller, dans un petit baiser
Beau sentiment, les hommes l’ont galvaudés, ce « je t’aime » ils ont défigurés

Celui des hommes est mesquin, car dans leur cœur, autre chose de penser
Des « je t’aime » trop souvent dits, pour vos faveurs, et votre corps abusés
Adultes, pourquoi notre cœur a changé, pourquoi enfant n’est il pas resté ?
Est il plus bel amour, que l’amour platonique, d’un doux rêveur, non consommé
Toujours à la recherche de l’amour, l’homme ne sait plus aimer, ni même flirter
Intéressé, son cœur est mort, par ses désirs, par ses démons, il est guidé…

Etrangemessager

__________________________________
Le doute est l'aphrodisiaque de l'intelligence et le poison du cœur

le 25 Janvier 2008 à 14:33
-Niout-
-Niout-
>> /

46 ans
14977 messages
L’amour, ce si merveilleux sentiment, aucune science ne l’a jamais compris
Art de dame nature, qui fait que deux cœurs et deux âmes vont s’attirer
D’étranges sensations, de désirs, de douces envies mélangés, inexpliqués
Aimer est magique et féerique, c’est le plus grand mystère de notre vie
Une communion de deux êtres, qui fait que de l’autre on ne peut se penser
Femme, votre cœur n’est que romantisme, et votre âme, extrême pureté
N’y a-t-il plus belle chose que d’être par vous hanté, amoureux, et épris
Est un hasard si dieu vous a permis d’enfanter, oh non, dieu vous a choisi
Pas un homme n’a votre tendresse, votre douceur, pour couver votre petit
La merveilleuse grâce de votre corps, quand ce bel enfant vous attendez
Désirer donner, cette preuve d’amour, ce merveilleux cadeau vous nous offrez
Mais quel grand regret pour moi, de ne pouvoir ressentir la vie qui en soi grandit
Par amour, porter le fruit de vos amours, votre ventre est un merveilleux nid
Elle germe, et peu à peu cette gracile graine d’amour se met un jour à bouger
Etre en totale harmonie, l’homme que je suis ne connaîtra jamais la maternité
Désirer, ne serait ce qu’une seconde, être une femme et donner la vie…

__________________________________
Le doute est l'aphrodisiaque de l'intelligence et le poison du cœur

le 25 Janvier 2008 à 14:35
-Niout-
-Niout-
>> /

46 ans
14977 messages
Toi, mon amour qui hante mon âme, toi, mon autre, toi, mon autre moi
Amoureux fou, éperdu, de toi je suis, oh mon dieu que je peux t’aimer
Notre tendresse, notre sensibilité, ne pouvaient que nous rapprocher
Toi, ma déesse, ma merveilleuse princesse, ton regard m’a mis en émoi

Dans tes bras, dans tes adorables yeux, j’ai l’impression d’être un roi
'
Au plus profond de mon être, dans un petit paradis de soie tu es lovée
Moi, l’homme mélancolique, mon ciel sombre, toi mon étoile tu as brillé
Oublié mes détresses, mes fantômes du passé, tu as su effacé, oui toi
Un conte des milles et une nuit, mon cœur, mon âme tu as empli de joie
Rayonnante, et moi tremblant, dans ce doux et premier baiser échangé

Dans ces douces caresses, ces baisers, dans un avenir je me suis projeté
Auprès de toi, mon corps s’est mit a vibrer, comme pour la première fois
Nos cœurs a l’unisson, et main dans la main, dans tes yeux j’ai vu ma voie
Si profond, dans ton regard, j’ai deviné tout cet amour, que tu y as caché

Tendrement de nos yeux nous nous sommes câlinés, tous deux émerveillés
Etrangement, nos deux cœurs fusionnant, comme si ensemble nous vivions
Sentiments de bonheur, tous deux nous attendions, merveilleuse communion

Les aiguilles du temps de défiler, j’aurais voulu pouvoir le temps arrêter
Avec chaque fois plus de tendresse et d’amour nous nous sommes retrouvés
Radieuse, ces instants magiques, ces caresses, ces baisers nous savourions
Merci mon doux amour, pour ces moments uniques, ou ensemble nous étions
Ensemble ces « au revoir » nous redoutions, comme si ils étaient le dernier
Si difficile de me détacher de tes lèvres, tes hanches, si dur de les lâcher

Jusqu’au dernier jour, ou ton corps s’est mit a trembler, secoué de frissons

Alors dans un sanglot, tes merveilleux yeux, n’ont pu retenir leur émotion
Immense torrent de larmes, qui sur tes joues a coulé, de rimmel a maculé

Voyant cet amour, ma gorge s’est serrée, nouée, alors mon cœur a saigné
Un jour, bientôt, je te le jure, tes yeux de bonheur, d'amour, pleureront…

Etrangemessager

__________________________________
Le doute est l'aphrodisiaque de l'intelligence et le poison du cœur

le 25 Janvier 2008 à 14:39
-Niout-
-Niout-
>> /

46 ans
14977 messages
Le sentiment d’amour naît on ne sait trop comment, souvent de façon inattendue
Epris on se retrouve, pour une belle, notre coeur se met a battre, a tambouriner

Par quel miracle, cet tendre amour se met a nous obséder, peu a peu nous hanter
Oui, notre âme vers cette princesse est tournée, sans elle on se retrouve perdu
Une douce tendresse nous envahit, et se passer de cet amour on ne peut plus
Vivre pour elle, ne pouvoir exister sans elle, et pour elle tout son amour donner
Offrir tout son être, et qu’il est merveilleux de voir deux âmes ainsi fusionner
Il m’est doux de n’avoir pour elle que de tendres pensées, d’un amour éperdu
River mes yeux dans son regard, si profond, pour entrevoir une beauté absolue

Dans ces yeux superbes, se noyer, de ce paradis ne plus pouvoir s’en détacher
En eux voir tant d’amour, et ces fabuleux trésors inestimables, ainsi cachés

Les yeux sont le reflet de ton âme, la ou se dissimule l’amour, ainsi mis a nu

Au fond de ton regard, cette merveilleuse candeur, et cette douce timidité
Mais aussi de doux désirs, des envies, que sait déchiffrer l’etrangemessager
Oser doucement, délicatement ta main prendre, nos doigts enlacés, et unis
Un élan de tendresse, nos lèvres se cherchant, avec un baiser pour seul but
Renaître dans tes yeux brillants d’amour, dans mon coeur à jamais gravés....
etrangemessager

__________________________________
Le doute est l'aphrodisiaque de l'intelligence et le poison du cœur

le 25 Janvier 2008 à 14:45
-Niout-
-Niout-
>> /

46 ans
14977 messages
L’amour est si merveilleux, quand il est empli de tendresse et de douceurs
Et de romantisme, de romanesque, il est d’une divine beauté de vous aimer
Si belles vous êtes quand votre cœur s’emballe, et a l’amour vous succomber

Moments si magiques, quand cet amour vient vous submerger avec candeur
Ou de mes mots tendres et doux je vais vous câliner, pour vous faire rêver
Tous ces tendres baisers, ces douces caresses ainsi délicatement susurrer
Sensibilité des mots, majestueux monologue, qui voit votre regard s’illuminer

Tendresse de l’âme, qui est ainsi exprimée, et toute nue ainsi vous est dévoilée
Ecrire délicatement ces mots, du bout des doigts les dessiner sur votre coeur
Nul besoin de grandes phrases, parfois un simple « chutt…. » a plus de valeur
Dans cette petite onomatopée, que de beaux sentiments sont souvent cachés
Ressenti et ainsi dit, c’est un « je t’aime » qui vous est tendrement murmurer
Et vos yeux brillants en disent si long, profonds, j’y ai vu beaucoup de bonheur
Simplement ce petit « Chutt…. » Ouvre les porte du paradis, et a sa chaleur….

etrangemessager

__________________________________
Le doute est l'aphrodisiaque de l'intelligence et le poison du cœur

le 25 Janvier 2008 à 15:26
-Niout-
-Niout-
>> /

46 ans
14977 messages
Je ne suis qu’un être.., étrange.., un etrangemessager, non un ange
Suis-je donc si mystérieux, pour qu’ainsi a moi vous vous intéressiez
Ici bas je vis dans ma mélancolie, cette prison ou je suis enfermé
Pour cette vie triste supporter, je porte ma croix tel un archange
Toi qui dans mon monde es entrée, sans rien demander en échange

Et qui me portes, pour que cette mélancolie veuille bien me laisser
Toi, oui toi, que je me suis mis à aimer, quitte a ma vie te donner
C’est étonnant comment as tu fait, pour qu’ainsi ma vie change ?
Est-ce cela aimer ? Cette sensation de bien-être qui rend étrange
Moi, je t’offre mon âme et mon cœur, écorchés, vas-tu les panser….

etrangemessager

__________________________________
Le doute est l'aphrodisiaque de l'intelligence et le poison du cœur

le 25 Janvier 2008 à 15:40
-Niout-
-Niout-
>> /

46 ans
14977 messages
au bout de tes silences
un rêve oublié
fin d'une illusion
en partance
vers la dérision
coeur blessé
en souvenance
de belles promesses
d'avenir meilleur
de grand bonheur
pour toujours, gisant
au fond d'un océan
de tristesse
amour perdu
âme-soeur déchue
tu demeures, prisonnier
à tout jamais
de l'air du temps
pauvre petit papillon
aux ailes brisées
voler au vent
plein d'espérance
jamais ne connaîtra
une étoile d'argent
brille au firmament
attenant l'heure
en vain
de ta délivrance
mais le temps
joue contre les amants
"et Dieu, dans son ciel sourit,
car le meilleur n'est atteint qu'au prix
d'une grande souffrance"

__________________________________
Le doute est l'aphrodisiaque de l'intelligence et le poison du cœur

le 25 Janvier 2008 à 15:41
-Niout-
-Niout-
>> /

46 ans
14977 messages
la vie est pleine de promesses
un regard rempli de tendresses
une lueur dans les yeux
à la croisée des chemins tortueux

une rencontre en errance
bouleverse l'existence
de deux coeurs
en attente de bonheur

tous les deux,
le hasard vous a réuni
en ce jour béni de Dieu
vous échangez un grand "oui"

que cette étincelle dans vos yeux
brille toujours pour vous de mille feux
main dans la main
poursuivez votre chemin

l'amour est patience
l'amour est confiance
unissez toujours vos efforts
et faîtes de chaque jour
un ravissement.

__________________________________
Le doute est l'aphrodisiaque de l'intelligence et le poison du cœur

le 25 Janvier 2008 à 15:47
-Niout-
-Niout-
>> /

46 ans
14977 messages
Amour qui fait mal, amour qui pleure, amour qui souffre,
Est-ce un amour qui dure toujours?
Coeur qui bat, coeur qui s'enflamme,coeur qui brûle
Peut-il encore vivre toujours?
Esprit qui pense, esprit qui doute,esprit fou
Peut-il être à cause de toi toujours?
Bouche qui embrasse, bouche qui souffle,bouche éteinte
Pourrait-elle vouloir te toucher toujours?
Oeil qui pétille ,oeil tendre, oeil mouillé
Devrait-il te regarder toujours?
Pieds qui marche, pieds qui court,pied qui fatigue
Doivent-ils se tourner vers toi toujours?
Ame éteinte, âme qui meurt, âme essoufflée souvent souillée
Penses-tu que ma douleur doit durer toujours?
Sache que c'est tout mon corps qui vibre pour toi
Dois-je subir ce que tu m'infliges toujours?
Chaque minute de ma petite vie s'attache à toi
Dois-je continuer à T'aimer tous les jours?

__________________________________
Le doute est l'aphrodisiaque de l'intelligence et le poison du cœur

le 25 Janvier 2008 à 15:49
-Niout-
-Niout-
>> /

46 ans
14977 messages
Le coeur serré de ne plus la voir,
Le coeur blessé de ne pas l'aimer,
Le coeur touché de ne rien savoir,
Qu'il est difficile aujourd'hui de l'oublier...

La tête dans les nuages à ses côtés,
La tête sous l'oreiller à des kilomètres,
La tête dans les étoiles rien que d'y penser,
Qu'il serait agréable de la voir apparaître...

Le poing tendu contre ce monde cruel,
Le poing levé vers ce ciel qui nous protège,
Le poing serré sans pour autant faire des étincelles,
Qu'il est apaisant de voir tomber la neige...

Le corps meurtri par toute cette absence,
Le corps frêle à l'idée de penser à elle,
Le corps fort pour faire face à cette indifférence,
Qu'il est oppressant d'être encore sans nouvelles...

Les pieds engourdis en faisant du sur-place,
Les pieds énervés devant cette longue attente,
Les pieds froids qui appellent le face à face,
Qu'il serait bon de la savoir enfin partante...

La mémoire ralentie depuis cette séparation,
La mémoire effacée à cause d'un malentendu,
La mémoire affûtée devant un manque d'implication,
Qu'il est dommage d'être hélas si têtue...

Le souvenir gravé d'un amour tellement fort,
Le souvenir fixé sur une beauté magnifique,
Le souvenir vexant d'avoir été un jour mis dehors,
Qu'il serait excitant de revivre ces moments magiques...

__________________________________
Le doute est l'aphrodisiaque de l'intelligence et le poison du cœur

le 25 Janvier 2008 à 15:50
-Niout-
-Niout-
>> /

46 ans
14977 messages
trop souvent tu montes le ton,
je ne retrouve plus les sons
de ta voix suave
qui m'emportait vers les nuages.

trop souvent tu montes le ton.
baisse le diapason,
je ne reconnais plus le tempo
de tes beaux trémolos.

trop souvent tu montes le ton,
tu devrais faire attention.
c'est ainsi qu'on perd sa voix.
c'est ainsi qu'on perd la voie.

trop souvent tu montes le ton.
tu as perdu le don
qui te rendait plus fort.
tu m'aimais alors.

__________________________________
Le doute est l'aphrodisiaque de l'intelligence et le poison du cœur

le 25 Janvier 2008 à 15:59
-Niout-
-Niout-
>> /

46 ans
14977 messages
Déclaration

Mon cœur saigne déjà des rivières de solitude
Je t’aime de tout mon être c’est une certitude
La candeur de ton regard illumine mes pensées
Je t’aime et tout mon être vibre de manière insensée.

Mon âme esseulée semble comme dénuée de consistance
J’ai besoin de tes caresses pour sentir encor’ mon existence
L’énergie de tes envies emplit ma tête de mille projets
J’ai besoin de ta sagesse pour apaiser mes gestes enragés

Ma force et ma sérénité c’est en toi que je les ai trouvé
Je veux passer tous mes printemps à tenter de te le prouver
Je veux être toujours là pour d’un souffle, guérir tes blessures

Ma vie, mes rêves ne sont précieux que dans l’écrin de ton bonheur
Je veux te les offrir pour qu’ils te protègent de leurs lueurs.
Je veux être toujours là pour te promettre un tendre futur.

__________________________________
Le doute est l'aphrodisiaque de l'intelligence et le poison du cœur


INSCRIPTION GRATUITE






Recevez nos bons plans partenaires