En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus... Fermer

....A l'ombre des Pyramides... - Page 2

....A l'ombre des Pyramides... - Page 2

Index du forum Salon de thé

1|2|

Auteur Message
le 28 Juillet 2005 à 12:10
Pandemonium33
Pandemonium33
765 messages
Réponse à Cubitus qui a dit :
"Et je flattais d'un doigt rapide, pour commencer, sa délicate oreille. Il tressaillit et se détourna d'un mouvement de femme tentée.
-Mon chéri...
Il fit "non", de la tête, et m'avertit sourdement:
-Prends garde! Ce n'est, encore une fois, que du désir...
Il reconquérait, du regard, ce qu'il préférait en moi, mes épaules, ma gorge, mes mains qui se joignaient pour ne pas le caresser trop vite...
-Je te dis, tu m'entends, que ce n'est que du désir !
-Oui, oui... fis-je d'un signe.
La main de mon maître s'abattit sur moi.
-Cela te suffit? cela te suffit? c'est tout ce que tu veux de moi? C'est tout ce que tu m'apportes?
Sans force pour mentir, je me mis dans ses bras, et je fermai les yeux pour qu'il ne vît pas que c'était mon âme que je lui donnais."

"L'Entrave", Colette.

Je ne sais pas vous, mais moi cette dernière phrase me donne des frissons. ça c'est de l'amour. Et c'est tout Colette dans sa délicatesse.


oui ça me donne des frissons aussi....C'est beau ce don !!!

En même temps je ressens la détresse dans la narration comme quand tu donnes et que tu offres beaucoup jusqu'à ton âme mais que l'autre ne se rend pas compte du don ....ça peut faire mal......

Bonne journée Cubitus Merci pour ta contribution

N'hésite pas à récidiver

__________________________________
Aké le PharaonSuperGénial

le 18 Août 2005 à 17:37
Pandemonium33
Pandemonium33
765 messages
"J'aime le jeu, l'amour, les livres, la musique,

La ville et la campagne, enfin tout; il n'est rien

Qui ne me soit souverain bien,

Jusqu'au sombre plaisir d'un coeur mélancolique."



On trouve ces vers qui me parlent, à la manière d'un écho en dedans de moi même, dans Les Amours de Psyché et de Cupidon.

A qui les doit on ? A Jean de la Fontaine [Merci Monsieur]

Hé oui, par un tour stupide de la pensée littéraire, on a sans cesse réduit cet auteur à celui des Fables. Il aurait mis en vers un certains nombre de lieux communs de notre culture... exemples : "On a souvent besoin d'un plus petit que soi"; "La raison du plus fort est toujours la meilleure."; "Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage." etc etc ....

Mais qu'on rende à cet auteur ce qui lui est dû, à savoir une pensée admirable, a priori enfantine, évidente au regard des Fables mais aussi une des plus étranges et libres que l'on connaissent à l'instar d'un Rimbaud ou d'un Boris Vian...

Moi? En ce qui me concerne : J'aime aussi le jeu et la musique, l'amour et les livres, la musique à la campagne et les livres à la ville mais aussi le contraire et l'inverse...

Et j'ai toujours pensé aussi qu'il n'y a pas d'amour sans jeu, pas de musique sans livres, et ainsi de suite à l'envers et dans le désordre parce c'est un tout...
Et avec ce tout aussi, quoiqu'il arrive je me sens bien...

__________________________________
Aké le PharaonSuperGénial


INSCRIPTION GRATUITE






Recevez nos bons plans partenaires