En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts et mesurer la fréquentation de nos services. En savoir plus... Fermer

....A l'ombre des Pyramides... - Page 1

....A l'ombre des Pyramides... - Page 1

Index du forum Salon de thé

1|2|

Auteur Message
le 11 Mai 2005 à 12:53
Pandemonium33
Pandemonium33
765 messages
Je vous propose de livrer ici :

- Des Pensées : les votres bien sûr ou celles que vous avez saisies dans vos lectures (citer les auteurs pour nous les faire découvrir)
- Et des Textes qui vous ont marqués que vous en soyez l'auteur ou non...
- Des Poèmes que vous avez écris...
- Vos Réflexions sur un sujet donné...
- Un Souvenir ou une Anecdote marquant(e)...

Attention ICI ON NE JUGE PAS ! on ne fait pas de commentaire même si l'on est pas d'accord, la Tolérance : c'est arriver à penser : "Bien que je croie avoir raison, et que la vérité existe, je ne ferai rien pour vous l'imposer". .... c'est un coin d'intimité et de partage....

Private Joke existe pour les taquineries innocentes ou non .....
Mais les compliments et les encouragements sont les bienvenus ici

Alors A Vos Plumes !!!!

Au plaisir de vous lire

Message édité 1 fois
(En dernier par Pandemonium33 le 28 Mai 2005 à 00:17)

__________________________________
Aké le PharaonSuperGénial

le 11 Mai 2005 à 12:56
Pandemonium33
Pandemonium33
765 messages
Je lance le bal !!!

Avec l'un de mes poèmes préférés... Ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent de Victor Hugo
J'adore ce poème, il me parle depuis des années et c'est devenu un leitmotiv.....

Je ne vous livre ici que les cinq premiers vers :

" Ceux qui vivent, ce sont ceux qui luttent ; ce sont
Ceux dont un dessein ferme emplit l'âme et le front.
Ceux qui d'un haut destin gravissent l'âpre cime.
Ceux qui marchent pensifs, épris d'un but sublime.
Ayant devant les yeux sans cesse, nuit et jour,
Ou quelque saint labeur ou quelque grand amour....."

Si vous voulez la suite vous la trouverez dans le recueil ; "Les Chatiments"

Bonne lecture

__________________________________
Aké le PharaonSuperGénial

le 11 Mai 2005 à 13:40
Libellule
Libellule
258 messages
Trés bien le café littéraire...
Je ne critiquerais pas la poesie Aké, juste que ce n'est pas mon truc, lire des vers en quantité m'ennuie, à la fin je n'y comprend plus rien! C'est ainsi! Ceci dit des morceaux, des phrases, des mots, un ressenti, oui je suis fan. Le vers que tu as mis est superbe mais tu vois je n'aurais pas envie d'aller plus loin...Ah moins que tu reussisse à m'en donner le goût...
Moi j'aime bien cette phrase là, elle n'a rien de poétique mais elle me fait sourire:
" La vie c'est comme une boite de chocolat, on ne sait jamais sur quoi on vas tomber!"

__________________________________

le 11 Mai 2005 à 14:22
kacendre
kacendre
33 messages
Nous sommes dimanche et c’est le jour du printemps, il est 15H30.
J’arrive dans ce parc, lieu de recueil et de prédilection d’un monde enfermé.
Les arbres sont dressés telle une horde d’accueil, la pelouse est fraîchement tondue, les jeux des enfants brillent d’avoir été préparés pour aujourd’hui.
Le parc est rempli d’enfants et de parents, ils ont sur leur visage un air radieux, trop heureux de pouvoir respirer le grand air, trop heureux de se libérer de l’hiver.
Je m’assois sur un banc, un banc que le monde ignore, il est le seul inoccupé, une fille seule, sur un banc seul, je suis assise et je sais que là, j’ai un peu de temps à moi. Les rayons du soleil effleurent mon visage et chauffent ma peau, une douce brise fouette mes cheveux et me rappelle la fraîcheur de l’air.
Autour de moi, un joli spectacle : la famille « Groseille » improvise un pique nique, chips, bière et pétanque, à la même table, la famille « LeQuesnoy », lunettes sur le nez, baskets de marque et ballons signés, ils échangent, gâteaux, eaux, discussions, ils partagent la même table, partagent un moment, partagent des mots, des rires, les hommes fument et rabâchent de vieilles blagues polissonnes, les femmes bavardent, et demain, demain, ils ne se regarderont plus, feront comme si, ils ne s’étaient jamais vu ; moi, là je pense, je pense à toi, je regarde les balançoires, gauche droite, droite gauche, tic tac, tic tac…le balancier me berce, une douce musique s’installe dans ma tête, je m’évade et je vois ton sourire, un autre se dessine sur mes lèvres...

__________________________________
L'écriture est un exercice spirituel, elle aide à devenir libre.

le 11 Mai 2005 à 14:38
mario
mario
560 messages
applause !!!
clap clap clap !!!
bravo !!!

__________________________________
Toujours remettre au lendemain ce que tu peux faire le jour meme

le 13 Mai 2005 à 00:05
bnc
bnc
>> /

44 ans
26563 messages
Réponse à kacendre qui a dit :
Nous sommes dimanche et c’est le jour du printemps, il est 15H30.
J’arrive dans ce parc, lieu de recueil et de prédilection d’un monde enfermé.
Les arbres sont dressés telle une horde d’accueil, la pelouse est fraîchement tondue, les jeux des enfants brillent d’avoir été préparés pour aujourd’hui.
Le parc est rempli d’enfants et de parents, ils ont sur leur visage un air radieux, trop heureux de pouvoir respirer le grand air, trop heureux de se libérer de l’hiver.
Je m’assois sur un banc, un banc que le monde ignore, il est le seul inoccupé, une fille seule, sur un banc seul, je suis assise et je sais que là, j’ai un peu de temps à moi. Les rayons du soleil effleurent mon visage et chauffent ma peau, une douce brise fouette mes cheveux et me rappelle la fraîcheur de l’air.
Autour de moi, un joli spectacle : la famille « Groseille » improvise un pique nique, chips, bière et pétanque, à la même table, la famille « LeQuesnoy », lunettes sur le nez, baskets de marque et ballons signés, ils échangent, gâteaux, eaux, discussions, ils partagent la même table, partagent un moment, partagent des mots, des rires, les hommes fument et rabâchent de vieilles blagues polissonnes, les femmes bavardent, et demain, demain, ils ne se regarderont plus, feront comme si, ils ne s’étaient jamais vu ; moi, là je pense, je pense à toi, je regarde les balançoires, gauche droite, droite gauche, tic tac, tic tac…le balancier me berce, une douce musique s’installe dans ma tête, je m’évade et je vois ton sourire, un autre se dessine sur mes lèvres...


bis bis la suite ..bravo c'est captivant
le 13 Mai 2005 à 08:00
Teddy
Teddy
2254 messages
JE suis JE, et ne suis qu'un
Je suis le seul que tu auras
Mais ne m'appelles pas en vain
Car ma colère tu subiras

Et au jour du septième jour
Souviens toi de ce jour pour moi

Apporte tout ton respect
A ceux qui t'ont donné la vie
Respecte toujours la vie
Sans jamais l'ôter à personne
Et ne trompe pour personne
Cet autre que tu as choisi

Choisis seule la vérité
Pour témoigner de ton prochain
Quoiqu'il puisse un jour posséder
Ne lui envie aucun bien
....

__________________________________
... Teddy ...

le 13 Mai 2005 à 11:34
kacendre
kacendre
33 messages
Réponse à bnc qui a dit :
bis bis la suite ..bravo c'est captivant


la suite...

....Je regarde les bambins rire aux eclats, taper dans la balle, je les vois presque toucher le ciel aux allers et venues des balancoires et je me demande quels adultes ils deviendront, sauront-ils, comme toi, à ces moments, deviner mon angoisse et vouloir attendre, seront-ils rempli de délicatesse, de tendresse et d’attentions…tous ces mots qui me font penser à toi, ces simples mots qui me paraissent bien banals désormais…comparés à ce que ta lumière a fait naître en moi…
Je pense à ces journées passées avec toi, à cette douceur dont tu m’enveloppes, je pense à toi et je me souviens…mon histoire, notre histoire…
…….Des mots, l’histoire, l’histoire d’un rêve troublant, l’histoire d’une enfant qui marche, elle avance seule dans sa vie en vrac, elle avance parce qu’il faut, sans but défini, l’âme torturée, épuisée par les coups, les yeux secs d’avoir trop pleuré, la nuit endort sa tristesse, ses rêves la bercent, le réveil est d’habitude amère, pas ce matin.
Je me rends dans la capitale, j’ai toujours aimé les trains, les gares, ces passages où les gens se croisent sans à peine se voir…je me suis assoupie en même temps que le train démarrait.
Dans mon sommeil chahuté par le transport je rêve de lui, ce lui qui n’existe pas matériellement, ce lui qui n’a que de jolis yeux et un sourire ivoire, celui qui me regarde comme un ange.
Je sors, encore une fois déçue de ce rêve, les gens affluent, les siéges se remplissent, j’aime ce temps qui passe et qui ne signifie rien…
.../...

Message édité 2 fois
(En dernier par kacendre le 13 Mai 2005 à 12:19)

__________________________________
L'écriture est un exercice spirituel, elle aide à devenir libre.

le 13 Mai 2005 à 15:01
Pandemonium33
Pandemonium33
765 messages
Pourquoi la vie est elle sans pitié ?
Je pleure en cherchant le sommeil
au moment de me coucher
J'essaye d'oublier ce goût amer
Quand rejaillit la peine oubliée
La douleur me lance, comme un coup de d'épée
Mon coeur saigne, l'hémmoragie imprègne mes poèmes
Mes rêves aux couleurs bonheur ne sont plus les mêmes.........

...Et je repense à ELLE, ma REINE de Coeur...

J'avais quitté les autoroutes du sexe,
avec toi sur des chemins de douceur je me suis promené,
Découvert des sentiers de galanterie
où il faisait si bon flâner,
Tous les deux par une belle journée ensoleillée,
Je suis marqué par ces éruptions du coeur que j'ai éprouvé,
De ces coulées d'amour qui fertilisent le sentiment,
Qu'on me rende cette frénésie incontrôlable qui nous collait soudainement,
S'emparait de nos mains pour les lancer dans une farandole désordonnée et enfiévrée autour de nos corps,
Balayait de nos têtes toute raison, toute pensée, toute pudeur, toute retenue et remords,
Nous rendait insensibles à l'inconfort des lieux, aux aléas du climat,
Aux regards en coin des ignorants qui entrevoyaient cette fois là,
Une parcelle de bonheur, nous propulsait vers l'inéluctable promis et espéré,
Qui réveillaient nos instincts de possession inavoués,
Où l'on se déchirait, et qui finissait par nous plonger
............dans un vertige inouï......mon Aimée

__________________________________
Aké le PharaonSuperGénial

le 13 Mai 2005 à 16:47
mario
mario
560 messages
longtemps j'ai cru
que notre amour sera le plus fort
que notre couple evincera tous les torts
il n'en est rien !!!

aujourd'hui je comprends, que la vie n'est pas que bonheur.
j'ai compris que la flamme s'allume vite et s'eteint tres lentement.
A la dernière étincelle, les dés etaient déja lancés.
et lorsque j'ai ouvert les yeux
tu etais déja partie ...

Pour comprendre, j'ai décidé de puiser dans mes souvenirs !!
des endroits, des paroles, des personnes
des discussions des gestes des reproches
comment ai je pu etre si aveugle !!
pourquoi ne m'as tu rien dis ??

à l'évidence le combustible de notre amour s'est épuisé !

comment d'une relation aussi symbiotique, aussi comprehensive
de ces moments ou tous les jours sont bonheur
de ces heuresà contempler tes yeux
de ces minutes à soutenir ton sourire...
avons nous autorisé que l'ephemere s'installe
les regards sont devenus abstraits
ton odeur echappe à mon odorat
mes sens de te detectent plus !!!

j'ai compris

Tu as préféré la simplicité
je préfère la responsabilité
tu as joué ton joker
je prefere etaler mes cartes
et certainement que de la vie,
j'apercevrai de nouveau, tout ce qu'elle recelle de bien !!!

Et si par hasard tu recroises ma route !
sache que pour toi, je resterai toujours
un ami ...






Message édité 3 fois
(En dernier par mario le 14 Mai 2005 à 10:27)

__________________________________
Toujours remettre au lendemain ce que tu peux faire le jour meme

le 16 Mai 2005 à 15:33
Libellule
Libellule
258 messages
Une pâle lueur tombait d'une pâle fenêtre
J'avais les yeux d'une couleur facile à reconnaître
Celle de ces wagons éteints sur les voies de garage
Entrez, dit-elle et venez vous abriter de l'orage

J'avais traversé les débris de nos nuits féériques
Trébuché sur nos éboulis, sur nos dégâts magnifiques
Avec encore sur le front son tendre tatouage
Entrez, dit-elle et venez vous abriter de l'orage

Je parlais du vent sur un lac et d'une voile blanche
Des caresses que ses cheveux recouvrent en avalanche
Du ticket pour l'éternité perdu dans le naufrage
Entrez, dit-elle et venez vous abriter de l'orage

Je demandais est-ce que plus tard tout redevient solide ?
Est-ce qu'on peut exister longtemps suspendu dans le vide
Dans ce vertige continu, cet arrêt sur image ?
Entrez, dit-elle et venez vous abriter de l'orage

Vous aurez d'autres aujourd'huis, d'autres heures de peine
A la longue on se reconstruit sur des choses certaines
Le printemps après l'incendie, la planche qui surnage
Entrez, dit-elle et venez vous abriter de l'orage

Une pâle lueur tombait d'une pâle fenêtre
J'avais les yeux d'une couleur facile à reconnaître
Celle de ces wagons éteints sur les voies de garage
Entrez, dit-elle et venez vous abriter de l'orage

__________________________________

le 16 Mai 2005 à 16:54
mario
mario
560 messages

description du regard ..

je t'observe
je ne te connais pas,
je ne t'ai jamais vu,
tu es en face de moi
une parfaite inconnue

je t'observe.
je te regarde, c'est bien le premier contact. Malgré moi, je te juge. Ta taille, les cheveux, la forme de ton visage, tes lèvres, ton sourire, ton nez, ton cou, ton buste, ta facon de te tenir, ta démarche, tes mains, ta silhouette, ta grâce, ton corps...

je t'observe.
Ensuite je te parle, j'aime à savoir qui habite ce corps. j'aime a savoir de quelle manière tu le traites. J'apprends beaucoup de toi juste en parlant. je m'abreuve de ton histoire, de tes peines, de tes amours, de tes joies, de tes tristesses, de tous ces moments qui font la vie. Ta voix, ta facon de parler, tes idées, tes convictions. Je prends tout, j'assimile tout, j'accepte tout !!!

je t'observe.
mais il est une chose que je n'ai pas encore faite !!
il est une porte que je n'ai pas encore ouverte
celle de toutes les pensées, de toutes les peurs
ton regard ...

le noir de tes yeux entouré de cette auréole marron. ce regard qui accompagne d'un sentiment tous les mots que tu me dis. Cette mine d'informations, ce rapporteur de ton fond interieur, oui c'est bien lui que je souhaite sonder.

Je souhaite m'immisser dans cette ocean de sensations, penetrer le plus profond de toi, ecarter ses larmes qui coulent a flot, le nettoyer des impuretés afin que la vie se présente a toi comme une nouvelle fresque.

je souhaite que ton regard laisse passer la lumière sur ces zones d'ombres, que ton regard m'explique comment il comprend l'amour, que ton regard me deshabille, que ton regard, à son tour, plonge dans les abysses de mon corps.

je t'observe.
pupilles contre pupilles
mes mains sur tes joues
pour ne rien rater
de ces moments de vérités
n'est ce pas pour cela
qu'apres, l'on dise que tu es la pupille de mes yeux !!!



__________________________________
Toujours remettre au lendemain ce que tu peux faire le jour meme

le 19 Mai 2005 à 11:10
Pandemonium33
Pandemonium33
765 messages
Le songe d'une nuit de Printemps.....


Tu es là sous ta couette et un gouffre de joie, mon coeur est ....
Je m'approche de ton corps, tiède intimité....
Mon coeur bat la chamade de peur de te réveiller....
Nos tendres épidermes, liés un instant pour l'éternité....
Puis ta main bouge pour prendre la mienne, et c'est le grand frisson....
Mes mains parcours ton corps doucement au rythme de ta respiration...
Mais enfin elles se posent un long moment sur tes reins.....
Ma tête alors se pose au creux de ton épaule...
Tes doux cheveux en cascade me frôlent....
Il me reste la joie, quand de toi, je me souviens....
De ce tendre moment éphémère mais divin.....
Ce soir tu n'es pas là, mais je pense à toi....
En t'imaginant là, dormant tout contre moi....

__________________________________
Aké le PharaonSuperGénial

le 28 Mai 2005 à 15:11
Libellule
Libellule
258 messages
Pour cultiver la Zen attitude :
« Faire le bien sans chercher de récompense, fuir le mal sans avoir la crainte du châtiment : homme rare sous le ciel »

Confucius

__________________________________

le 28 Juillet 2005 à 01:34
Pandemonium33
Pandemonium33
765 messages
Je reprends la parole !!! Vous avez laissez cette rubrique se déssécher bandes vilains & vilaines

.....

"Jadis Tchang Tcheou rêva qu'il était un papillon voltigeant et satisfait de son sort et ignorant qu'il était Tcheou lui-même
Brusquement il s'éveilla et s'aperçut avec étonnement qu'il était Tcheou.
Il ne sut plus si c'était Tcheou rêvant qu'il était un papillon, ou un papillon rêvant qu'il était Tcheou."

Tout ceci nous amène à nous demander si, à force de rêver notre vie, il nous reste assez de temps pour vivre nos rêves....

__________________________________
Aké le PharaonSuperGénial

le 28 Juillet 2005 à 01:40
lexdu
lexdu
1058 messages
ça c'est une bonne question ...

et c'est un peu pour ça aussi que je pars

__________________________________
<-=| lexdu |=- >

le 28 Juillet 2005 à 01:48
Pandemonium33
Pandemonium33
765 messages
Justement j'espère LEX que tu vas tout nous raconter ici

Tu ne pars pas son ton fidèle PC n'est-ce pas ???

Tu fais bien de vivre tes rêves ....Tu n'auras rien ou presque à regretter ....

__________________________________
Aké le PharaonSuperGénial

le 28 Juillet 2005 à 01:50
lexdu
lexdu
1058 messages
Réponse à Pandemonium33 qui a dit :
Justement j'espère LEX que tu vas tout nous raconter ici

Tu ne pars pas son ton fidèle PC n'est-ce pas ???

Tu fais bien de vivre tes rêves ....Tu n'auras rien ou presque à regretter ....


j'ai changé le format du PC - > il est devenu tout petit et pèse moins de 3kg

et clair que je l'emmène

__________________________________
<-=| lexdu |=- >

le 28 Juillet 2005 à 01:59
lexdu
lexdu
1058 messages
spéciale dédicace à Pandemonium:

Il n’y a que deux conduites avec la vie : ou on la rêve ou on l’accomplit.
[ René Char ]

__________________________________
<-=| lexdu |=- >

le 28 Juillet 2005 à 08:22
Cubitus
Cubitus
51 messages
"Et je flattais d'un doigt rapide, pour commencer, sa délicate oreille. Il tressaillit et se détourna d'un mouvement de femme tentée.
-Mon chéri...
Il fit "non", de la tête, et m'avertit sourdement:
-Prends garde! Ce n'est, encore une fois, que du désir...
Il reconquérait, du regard, ce qu'il préférait en moi, mes épaules, ma gorge, mes mains qui se joignaient pour ne pas le caresser trop vite...
-Je te dis, tu m'entends, que ce n'est que du désir !
-Oui, oui... fis-je d'un signe.
La main de mon maître s'abattit sur moi.
-Cela te suffit? cela te suffit? c'est tout ce que tu veux de moi? C'est tout ce que tu m'apportes?
Sans force pour mentir, je me mis dans ses bras, et je fermai les yeux pour qu'il ne vît pas que c'était mon âme que je lui donnais."

"L'Entrave", Colette.

Je ne sais pas vous, mais moi cette dernière phrase me donne des frissons. ça c'est de l'amour. Et c'est tout Colette dans sa délicatesse.


INSCRIPTION GRATUITE






Recevez nos bons plans partenaires